316. Les jardins botaniques, microcosmes impériaux, avec Hélène Blais

Émission enregistrée en public le 14 décembre 2023 au salon de lecture Jacques Kerchache du Musée du Quai Branly

© musée du quai Branly – Jacques Chirac, photo Julien Brachhammer

L’invitée : Hélène Blais, professeure d’histoire à l’ENS

Le livre : L’empire de la nature. Une histoire des jardins botaniques coloniaux (Fin XVIIIe siècle – années 1930), Seyssel, Champ Vallon, 2023.

La discussion :

  • Introduction (00:00)
  • Qu’est-ce qu’un jardin botanique colonial ?(1:30)
  • Coopérations entre empires et circulation des plantes (9:00)
  • Des vitrines des empires (12:00)
  • Quel public pour ces jardins ? (24:40)
  • Succès et échecs de l’acclimatation des plantes (31:00)
  • Un monde très masculin (38:00)
  • La fin progressive des jardins botaniques (40:00)
  • Quels jardins visiter ? (45:00)
  • Questions du public (50:30)

291. La horde mongole, avec Marie Favereau

Le livre : La horde. Comment les Mongols ont changé le monde, Paris, Perrin, 2023.

L’invitée : Marie Favereau, MCF en histoire médiévale à l’université Paris-Nanterre

La discussion :

  • Introduction (00:00)
  • Qu’est-ce que la « horde » ? (1:30)
  • L’itinéraire de recherche menant à l’étude des Mongols (4:00)
  • Un livre traduit de l’anglais… par son auteure (6:45)
  • Les étapes historiographiques ayant fait émerger le champ des études sur les Mongols (9:00)
  • Les Mongols au miroir d’autres empires nomades, comme les Comanches (Pekka Hämäläinen) (10:45)
  • Les choix d’écriture du livre (13:00)
  • Retour critique sur la notion de « pax mongolica » (16:15)
  • L’art mongol de la guerre (21:30)
  • Logistique et adaptation au milieu naturel (24:15)
  • La capacité de l’empire à intégrer des populations… mais aussi à briser certaines solidarités (26:15)
  • L’originalité des pratiques successorales et des conceptions du pouvoir (28:30)
  • Comment fonctionne le rapport à la ville et au territoire chez des nomades ? (30:45)
  • Penser l’évolution de la horde autrement que par le prisme du « déclin » (34:30)
  • La horde, accélérateur de la peste noire au XIVe siècle (36:45)
  • Existe-t-il des représentations non caricaturales des Mongols dans la culture populaire ? (39:00)
  • Quels usages politiques contemporains de Gengis Khan et des Mongols ? (42:00)

 

 

175. Buczacz, anatomie d’un génocide, avec Omer Bartov et Tal Bruttmann

L’invité: Omer Bartov, professeur à l’université Brown

Le livre: Anatomie d’un génocide. Vie et mort dans une ville nommée Buczacz, Paris,  Plein jour éditions, 2021 [2018]

La discussion:

  • Préface et présentation d’Omer Bartov, par Tal Bruttmann, historien, spécialiste de la Shoah
  • La 1e question de l’entretien porte sur la localisation de la ville de Buczacz étudiée dans le livre, aujourd’hui en Ukraine, et qui a varié dans l’histoire
  • Le livre comporte un aspect intime d’histoire familiale, comme ceux de Daniel Mendelsohn et Philippe Sands, j’ai demandé à Omer Bartov la place de cette dimension dans son ouvrage
  • La question suivante porte sur la durée de la recherche et la difficulté de brasser des matériaux dans de nombreuses langues
  • L’histoire de Buczacz paraît linéaire avec une explosion inéluctable de la violence : d’où ma question, est-ce qu’il y a des moments de bifurcation, après lesquels cette histoire aurait pu se dérouler autrement ?
  • Cette idée que la 1e GM constitue un tournant pour l’Europe de l’est et du sud-est, radicalisant les antagonismes, Omer Bartov l’a développée dans un projet collectif dirigé avec Eric Weitz, Shatterzone of empires, la zone d’effondrement des empires, il explique maintenant ces logiques
  • La question suivante porte de façon plus générale sur la manière dont la guerre fait s’effondrer les normes sociales et morales, ce qui était aussi l’un des aspects étudiés dans L’armée d’Hitler
  • Dans l’entre-deux-guerres à Buczacz on voit monter les nationalismes, ce qui pose un problème particulier pour les Juifs de Galicie : contrairement aux Ukrainiens et Polonais il leur est difficile de revendiquer ce territoire
  • La question suivante porte sur le rôle des aspects économiques et sociaux, de la pauvreté de cette région, dans les mécanismes de la violence, en lien avec le ressentiment des acteurs
  • Comme dit précédemment, la 2e GM commence à l’est de la Pologne, à Buczacz, avec l’occupation soviétique, de 1939 à 194 : un moment important parce que les Juifs se retrouvent associés au régime communiste
  • Un aspect très frappant des pages consacrées au génocide commis par les Allemands est que son déroulement est presque quotidien, avec des meurtres en pleine rue, de façon quasi constante, très loin de l’image parfois diffusée de la Hhoah, d’un crime de bureau et d’une organisation industrielle du meurtre de masse
  • J’ai ensuite posé à Omer Bartov la question de ses choix d’écriture, dans un chapitre qui n’est pas chronologique mais passe en revue des expériences individuelles et des portraits ; en demandant aussi quel lien il voyait entre son intégration des témoignages et celle faite par Saül Friedlander dans sa grande synthèse
  • Un des aspects terribles racontés dans le livre est cette sorte de dissonance cognitive chez les Allemands qui commettent des meurtres épouvantables ou y assistent, et vivent leur vie de famille tranquille en buvant du schnaps. Est-ce qu’on peut l’expliquer ?
  • Le livre confirme aussi, ce que l’on savait, à quel point ces crimes sont restés presque totalement impunis
  • La fin de l’occupation allemande ne signifie pas la fin de la violence, d’abord entre groupes nationalistes, puis en raison des politiques staliniennes
  • Une avant-dernière question qui porte sur les traces très minimes de ces événements à Buczacz et dans la région aujourd’hui
  • Pour finir, j’ai demandé à Omer Bartov sa réaction à la traduction en français de son livre

Travaux d’Omer Bartov

  • The Eastern Front, 1941–1945: German Troops and the Barbarization of Warfare, Palgrave Macmillan, 2001
  • Hitler’s Army: Soldiers, Nazis, and War in the Third Reich, Oxford Paperbacks, 1992; trad. fr. L’armée d’Hitler, La Wehrmacht, les nazis et la guerre, Paris, Hachette, 1999.
  • Murder in Our Midst: The Holocaust, Industrial Killing, and Representation, Oxford University Press, 1996
  • Mirrors of Destruction: War, Genocide, and Modern Identity, Oxford University Press, 2002
  • Germany’s War and the Holocaust: Disputed Histories, Cornell University Press, 2003
  • The “Jew” in Cinema: From The Golem to Don’t Touch My Holocaust, Indiana University Press, 2005
  • Erased: Vanishing Traces of Jewish Galicia in Present-Day Ukraine, Princeton University Press, 2007
  • (dir., avec Eric Weitz) Shatterzone of Empires: Coexistence and Violence in the German, Habsburg, Russian, and Ottoman Borderlands, Bloomington, Indiana University Press, 2013
  • The Holocaust: Origins, Implementation, Aftermath. Routledge, 2015
  • Anatomy of a Genocide: The Life and Death of a Town Called Buczacz, Simon & Schuster, 2018.
  • Voices on War and Genocide: Three Accounts of the World Wars in a Galician Town, Berghahn Books, 2020

Auteurs et ouvrages cités dans l’émission (par ordre alphabétique, en traduction)

  • Shmuel Yosef Agnon (prix Nobel de littérature 1966)
  • Saül Friedlander, L’Allemagne nazie et les juifs, 2 vol., Paris, Seuil, 2008.
  • Raul Hilberg, Exécuteurs, victimes, témoins. La catastrophe juive (1933-1945), Paris, Gallimard, 1994.
  • Timothy Snyder, Terres de sang. L’Europe entre Hitler et Staline, Paris, Gallimard, 2012.
    • Recension par Omer Bartov : “Bloodlands : Europe between Hitler and Stalin (Book review)”, Slavic Review, Vol. 70, No. 2 (Summer 2011), p. 424-428

 

 

162. Quand l’empire napoléonien volait les archives, avec Maria Pia Donato

L’invitée: Maria Pia Donato, directrice de recherche au CNRSLe livre: Les archives du monde. Quand Napoléon confisqua l’histoire, Paris, PUF, 2020.

La discussion :

  • Le thème du livre, l’énorme opération de concentration des archives européennes à Paris sous l’empire napoléonien (45’)
  • La continuité entre spoliation et vol d’œuvres d’art, et ce qui concerne les archives (2’30)
  • L’ampleur des confiscations : plusieurs centaines de milliers de documents (5’30)
  • Un moment de l’histoire où dans les archives il y a aussi des livres, des médailles, des spécimens, des objets – on est à un moment de grande porosité, qui n’a pas entièrement disparu – entre archives, musées et bibliothèques (7’55)
  • Dans quelle mesure Napoléon Ier s’est impliqué lui-même dans le projet, est-ce que cela renvoie à des conceptions personnelles de l’empereur ? (11’)
  • Le passage d’une vision « utilitaire » de ces confiscations d’archives à un projet aux dimensions symboliques beaucoup plus fortes (16’)
  • Un des signes les plus forts de cette volonté de faire des archives un symbole du pouvoir impérial : le projet de palais des archives à Paris (19’30)
  • L’idée d’utiliser les archives comme armes politiques, notamment contre la papauté quandd les relations se dégradent, en utilisant des documents comme les procédures contre Galilée et les archives de l’Inquisition (22’)
  • Des archives à la fois dégradées, et reconditionnées, suite à ce transport (26’45)
  • Le long et complexe processus de restitution de ces archives après 1814-1815 (31’)
  • Comment restituer des archives à des instances qui ont disparu ? La « nationalisation » des archives qui en résulte (34’45)
  • Les enjeux civiques de cette enquête, la nécessité de débattre des archives, dans un monde où l’héritage matériel du passé se transforme à grande vitesse (38’)
  • Conseil de lecture (42’30)

Le conseil de lecture: John Henderson, Florence under siege. Surviving the plague in an early modern city, Yale, Yale UP, 2019.