251. Histoire et historiographie d’Al-Andalus, avec Emmanuelle Tixier du Mesnil

L’invitée : Emmanuelle Tixier du Mesnil, professeure d’histoire médiévale (Paris-Nanterre)

Le livre : Savoir et pouvoir en Al-Andalus au XIe siècle, Paris, Seuil 2022

La discussion :

  • Introduction (00:00)
  • Qu’est-ce qu’Al-Andalus ? (1:00)
  • Comment s’est construire l’image de l’Andalousie médiévale et de sa tolérance au XVIIIe siècle ? (3:00)
  • La place d’Al-Andalus dans les débats sur la nation espagnole aux XIXe-XXe siècle (7:30)
  • La dimension régionale de cette histoire (10:40)
  • À quoi ressemble la communauté savante étudiant Al-Andalus ? (11:45)
  • La montée d’une vision « démystificatrice » de cette histoire et ses implications politiques (13:20)
  • « Tolérance » vs coexistence (15:20)
  • Quelles sources pour comprendre les pratiques sociales ? (17:15) Comment les mettre en contexte ? (20:00)
  • Des termes comme « convivencia » ou « Reconquista » qui doivent être questionnés (21:50)
  • La périodisation d’Al-Andalus, plus compliquée qu’on ne le dit habituellement (24:20)
  • Pourquoi parler de « beau XIe siècle » ? (27:30)
  • Les principautés rivales des taifas : fragmentation politique mais vivacité culturelle (29:20)
  • L’ombre portée du califat disparu, et la question de la légitimité (32:00)
  • Puissance et vulnérabilité de ces royaumes (33:30)
  • La fluidité des catégories de pensée au XIe siècle (36:45)
  • L’identité arabe affirmée d’Al-Andalus (41:30)
  • Les choix d’écriture du livre (42:30)

Les conseils : La bibliomule de Cordoue (Lupano, 2021) ; Le destin (Youssef Chahine, 1997)

242. Métamorphoses du livre antique et médiéval, avec Filippo Ronconi

L’invité : Filippo Ronconi, maître de conférences à l’EHESS

Le livre : Aux racines du livre. Métamorphoses d’un objet de l’Antiquité au Moyen âge, Paris, éditions de l’EHESS, 2022.

La discussion:

  • Introduction (00:00)
  • La « généalogie académique » d’un byzantiniste, paléographe-codicologue, philologue (1:00)
  • L’inscription institutionnelle de la paléographie, et la divergence entre versant latin et versant grec (9:00)
  • La numérisation des manuscrits, enjeu contemporain fondamental (18:00)
  • Les mutations du livre dans les sociétés anciennes, déclenchées par les « lecteurs moyens » ? (26:10)
  • Le passage du rouleau (volumen) au livre relié (codex), plus précoce qu’on ne l’avait dit (32:40)
  • Le statut de l’auteur, lui aussi bouleversé par ce changement matériel (38:25)
  • La fin de l’antiquité, fin du lecteur moyen ? (44:30)
  • Comment le parchemin remplace le papyrus ? (49:20)

Les émissions sur des sujets proches:

Les références citées dans le podcast:

  • Umberto Eco, De bibliotheca, 1981.
  • Henri-Irénée Marrou, Décadence romaine ou antiquité tardive ?, Paris, Seuil, 1977.
  • Bryan Ward-Perkins, La chute de Rome, Paris, Alma, 2014.

Le conseil de lecture : Roger Chartier, Guglielmo Cavallo, Histoire de la lecture dans le monde occidental, Paris : Éd. du Seuil, 1997.

235. Questions franciscaines, avec Jacques Dalarun

L’invité: Jacques Dalarun, directeur de recherche émérite au CNRS

Le livre: Corpus franciscanum. François d’Assise, corps et textes, Bruxelles, Zones sensibles, 2021.

La discussion:

  • Introduction (00:00)
  • Corps de François, corpus des manuscrits: le sens du titre et le projet du livre (1:00)
  • Le monde particulier des études franciscaines (6:00)
  • Paul Sabatier et la « question franciscaine » depuis 1894 (10:00)
  • Les sources majeures de l’histoire franciscaine: les « légendes » (legenda) de François (16:00)
  • La tension entre mouvement de François et fixité des textes (18:00)
  • Les écrits de la main de François (21:45)
  • Comment trier le vrai du vraisemblable et du reconstruit dans les textes franciscains ? (26:00)
  • Un franciscain en partie effacé des textes, frère Elie (31:00)
  • La liberté de ton du livre, dans son rapport à la beauté des textes (35:00)
  • La matérialité des manuscrits, manière de renouveler la question franciscaine (38:00)
  • Le manuscrit, une trace physique du scripteur (46:00)

222. The Last Duel, avec Justine Breton et Christophe Naudin

AVERTISSEMENT : le film discuté dans cette vidéo comporte des scènes de viol et violence sexuelle

Discussion avec Justine Breton et Christophe Naudin du film de Ridley Scott The Last Duel (2021), avec Matt Damon, Jodie Comer, Adam Driver et Ben Affleck

Références citées dans l’émission :

– “What’s Fact and What’s Fiction in The Last Duel” par Sara McDougall et David Perry (Slate, en ligne)
– “« Réveiller la Vénus endormie » : le plaisir sexuel et ses limites dans le discours médical de la première moitié du xve siècle”, par Estela Bonnafoux (Questes, 37, 2018)

Image de fond : Chroniques de Froissart, Bibliothèque nationale de France. Bibliothèque de l’Arsenal. Ms-5188 réserve, fol. 15v (XVe s.)

218. Guédelon, le chantier d’un château médiéval, avec Emmanuel Gleyze (l’histoire autrement #7)

L’invité : Emmanuel Gleyze, sociologue

Le chantier de Guédelon, mai 2019 (photo AL)

Le thème : le chantier du château médiéval de Guédelon

La discussion :

  • Le projet de Guédelon et son originalité (1:10)
  • Un chantier qui a considérablement avancé en plus de vingt ans (2:45)
  • Michel Guyot, le créateur du projet (3:45)
  • Un projet en partie inspiré de celui de la frégate L’Hermione (6:40)
  • Un château inscrit dans une temporalité plausible, dans la première moitié du XIIIe siècle (8:30), avec une architecture « philippienne » (10:30)
  • Un projet de recherche centré sur le rapport entre hommes et matière (12:00), avec l’idée que le travail de la pierre transforme les individus (15:00)
  • Le refus des outils modernes à Guédelon (17:00), un lieu qui ne se limite pas au château (18:30)
  • L’archéologie expérimentale à Guédelon (20:40)
  • Repérer des « repentirs » de la construction (23:20), faire de la chaux comme au Moyen âge (25:00)
  • Les ambiguïtés de Guédelon dans le rapport au passé et à l’« authenticité » (29:00), suscitant des controverses ou oppositions (32:00)
  • Les écarts dans les techniques ou le droit avec le XIIIe siècle (33:30)
  • Un chantier associatif devenu société anonyme, suscitant d’autres tensions ou ambiguïtés (35:20)
  • Quels prolongements de Guédelon, sur place et ailleurs (39:00) ?
  • Quel rapport au Moyen âge pour les acteurs de Guédelon ? (43:00)
  • Qui est le seigneur de Guédelon ? (44:30)

206. L’histoire autrement #5 : un webdoc historique avec Isabelle Heullant-Donat et Olivier Lambert

L’histoire n’appartient pas qu’aux historiennes et aux historiens : la série d’émissions #HistoireAutrement fait porter le regard sur des pratiques non académiques de l’histoire.

Les invité-e-s : Isabelle Heullant-Donat, professeure d’histoire médiévale à l’université de Reims ; Olivier Lambert, producteur (Lumento)

Le thème : le webdocumentaire Le cloître et la prison issu du programme de recherche Enfermements

 

La discussion :

  • Le choix d’un webdocumentaire pour prolonger un projet de recherche (1:00)
  • Le lien entre univers monastique et carcéral, à travers le site de Clairvaux en particulier (2:30)
  • Du côté de la production, l’intérêt pour l’histoire et pour les projets interactifs (9:30)
  • Le webdocumentaire, un type de projet non directif, qui rompt avec les habitudes des historiens et des historiennes (13:45)
  • Les atouts du webdoc par rapport à d’autres supports (BD, documentaire classique…) (18:00)
  • La pérennité d’un support numérique (20:30)
  • On n’écrit pas un webdoc comme on écrit un livre (26:00), et les usagers en font des usages variés (31:00)
  • Les vertus du « tournant spatial » des sciences humaines (36:15)
  • Un travail inscrit dans la durée (40:00)
  • Les financements et soutiens du projet (44:45)
  • Les incertitudes de la réception d’un tel projet, dans le champ académique (50:00) et en ligne (55:00)

204. L’histoire autrement #4 : la recherche est (vraiment) un sport de combat, avec Pierre-Henry Bas et Stéphane Hadjeras

L’histoire n’appartient pas qu’aux historiennes et aux historiens : la série d’émissions #HistoireAutrement fait porter le regard sur des pratiques non académiques de l’histoire.

Les invités : Pierre-Henry Bas, docteur en histoire et praticien d’Arts martiaux historiques européens ; Stéphane Hadjéras, docteur en histoire et entraîneur de boxe, auteur de Georges Carpentier, l’incroyable destin d’un boxeur devenu star (Paris, Nouveau monde, 2021).

Codex Wallerstein, Augsburg, Cod.I.6.4º.2 folio 107v, ca. 1400

Le thème : activité de recherche en histoire et pratique des sports de combat

La discussion :

  • Le centenaire du combat Carpentier-Dempsey (1:45) inscrit dans une modernité médiatique de la boxe au début du XXe siècle (3:00)
  • Le parcours de Stéphane Hadjéras entre boxe et recherche (5:00)
  • Le parcours de Pierre-Henry Bas entre escrime et recherche (7:00)
  • Que sont les « arts martiaux historiques européens » (AMHE) ? (10:00) quelles différences avec le « Béhourt » (13:00) ?
  • L’intérêt des sciences sociales pour la boxe, à travers notamment les travaux de Loïx Wacquant (17:00)
  • Les similarités dans la vie et le rythme de travail d’un boxeur et d’un chercheur (18:40)
  • Le regard porté sur les doctorants par les sportifs, et inversement (22:15)
  • Les seuils de douleur et de résistance physique ont-ils une histoire ? (26:20)
  • La codification des geste de combat au Moyen âge (33:00)
  • Comment passer des sources à la reconstitution des gestes ? (37:00)
  • Les différences et ressemblances entre la boxe actuelle et celle d’il y a un siècle (42:00)
  • Des pratiques masculines dans l’histoire, en voie de féminisation dans la société (49:00)
  • La valorisation de ces activités et des AMHE (54:00)

 

198. Le manuscrit d’un couturier médiéval, avec Julie Claustre

L’invitée : Julie Claustre, maîtresse de conférences en hostoire médiévale à l’université Paris-1

Le livre : Faire ses comptes au Moyen âge. Les mémoires de besogne de Colin de Lormoye, Paris, Les Belles Lettres, 2021.

La discussion :

  • Le caractère exceptionnel du livre d’un artisan du Paris médiéval (0:45)
  • L’histoire du manuscrit, retrouvé au début du XXe siècle, dans une reliure (2:00)
  • Une façon à l’époque courante de retrouver des manuscrits médiévaux (4:00)
  • Un livre écrit sur papier, ce qui est courant au XVe siècle (5:45)
  • Dans quel état se trouve le manuscrit aujourd’hui ? (6:30)
  • Une écriture propre aux marchands et aux artisans ? (8:10)
  • Comment cerner Colin de Lormoye, dans d’autres archives ? (11:50)
  • Quel type de scripteur était ce couturier parisien ? (14:50)
  • Une lecture du texte, pour donner une idée de sa nature (18:45)
  • Les différents types de notices du texte (factures, quittances…) (20:00)
  • Un texte dépourvu de notations politiques ou autobiographiques (24:00)
  • La temporalité du texte, à lire en filigrane dans des indices du texte (26:30)
  • Un document qui tranche avec les schémas et controverses (Weber/Sombart) sur la « naissance » du capitalisme au Moyen âge (30:00)
  • La place ambiguë des couturiers médiévaux (34:30)
  • Le vocabulaire et les pratiques du travail de Colin (37:15)
  • Quelle iconographie de ce métier au Moyen âge ? (39:45)

Le conseil de lecture : François Héran, Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression, Paris, La découverte, 2021.

 

193. Épées médiévales, avec Martin Aurell

L’invité : Martin Aurell, professeur d’histoire médiévale à l’université de Poitiers

Le livre : Excalibur, Durendal, Joyeuse. La force de l’épée, Paris, PUF, 2021.

La discussion :

  • La point de départ du livre, un article devenu livre (1:00)
  • Un corpus d’épées dans les textes, dans les images, et issu de l’archéologie (2:00)
  • Les savoirs sur l’épée renouvelés par l’archéologie expérimentale (4:30)
  • Les différences entre épées antiques, du haut Moyen âge, et du Moyen âge central (7:00), en lien avec des évolutions de la société et de la guerre (8:00)
  • Le coût élevé des épées et leur valeur sociale ainsi que familiale (10:20)
  • Être enterré avec son épée, une pratique qui décline au Moyen âge central (11:50)
  • Une tension et des différences entre récits d’origine germanique, valorisant la figure du forgeron, et littérature en langue romane (13:50)
  • La christianisation de l’épée au Moyen âge central (16:45)
  • Des épées en forme de croix, mises en scène comme telles dans des récits (18:50)
  • Le rapport exceptionnel entre Roland et son épée Durandal (21:30)
  • Épées incassables, épées fragiles (23:05)
  • L’association de l’eau et de l’épée (25:20)
  • L’épée masculine, prolongement phallique ? (27:00)
  • L’importance d’Excalibur (30:30)
  • L’épée comme preuve de l’ancienneté de sa famille : Jean de Warenne en 1279 (33:20)
  • Le déclin de l’épée à la fin du Moyen âge (35:20)
  • La place de l’épée médiévale dans la culture contemporaine (38:00)

Le conseil de lecture : Georges Duby, Guillaume le maréchal, le meilleur chevalier du monde

Voir également : Excalibur ; la christianisation des Vikings ; Tolkien

181. Filmer l’archéologie: The Dig, avec Quentin Rochet

L’invité : Quentin Rochet, archéologue, médiéviste, responsable d’opération pour Archeodunum (opérateur d’archeologie préventive) et chercheur associé à l’UMR ArAr 5138 (Lyon).

Le film : The Dig (Simon Stone, 2021)

La discussion :

  • Un film réussi, qui évoque l’archéologie et non la chasse au trésor (2:00)
  • Un film sensible, qui évoque le rapport à la mort et au temps qui passe (3:00)
  • L’approche de la Seconde Guerre mondiale qui donne une tonalité plus sombre au film  (3:40)
  • Le trésor de Sutton Hoo, presque pas montré à l’écran (5:00)
  • Que sait-on de la tombe de Sutton Hoo ? (8:30) quelle place des anglo-saxons dans l’imaginaire national britannique ? (10:10)
  • L’importance accordée à l’époque aux anglo-saxons « cultivés » par opposition aux Vikings « sauvages » (11:30)
  • Les personnages du film, leur histoire réelle, en partant du principal fouilleur Basil Brown (16:00)
  • Une archéologie « prestigieuse » à l’arrière-plan, avec la référence à Howard Carter (19:45)
  • La représentation du travail et des techniques archéologiques dans le film (21:45)
  • L’importance de l’objet archéologiques à l’époque, et la mise en scène de leur fragilité (25:30)
  •  Bâcher, débâcher, lors des intempéries : le quotidien de l’archéologie (30:40)
  • Des tensions dans le monde archéologique : hommes / femmes, amateurs / professionnels… (32:00)
  • Un film conçu comme une réhabilitation de Basil Brown (33:00)
  • La représentation des tensions hommes / femmes sur cette fouille, qui tend à gommer les personnages féminins de l’histoire (35:30)
  • À qui appartiennent les objets découverts lors de cette fouille ? Les différences entre Grande-Bretagne et France du point de vue de la législation sur le patrimoine et l’archéologie (38:00)
  • Refermer / reboucher un site (43:00)
  • Une piste de recherche actuelle : retravailler les archives de fouilles plus anciennes (45:50)

Le conseil de lecture :

Edward C. Harris, Principes de la Stratigraphie Archéologique, 2eme édition, traduction par Anne-Sophie Murray

Bibliographie (établie par Quentin Rochet) :

  • Digging the dirt: The true story behind The Dig – National Trust
  • Sue Brunning, Inside ‘The Dig’: how the star-studded film squares with reality of Sutton Hoo, British Museum
  • Un lien intéressant pour le grand public, la partie “Histoire de l’Archéologie” sur le site de l’INRAP
  • Comprendre les méthodes de l’archéologie (et leur histoire) : Demoule J.-P., Giligny F., A. Lehoërff, A. Schnapp, Guide des méthodes de l’archéologie, ed la découverte, 2009
  • Une référence sur le monde anglo saxon : Nicholas J. Higham and Martin J. Ryan, The Anglo-Saxon World, New Haven: Yale University Press, 2013
  • L’historiographie anglaise et la place des anglo-saxons dans cette dernière : J.-F. Dunyach et A. Mairey, Les âges de Britannia, Repenser l’histoire des mondes britanniques (Moyen Âge-XXIe siècle), Presses universitaires de Rennes, 2015
  • Les archéologues anglais mentionnés hors équipe de Sutton Hoo : Mortimer Wheeler, Archaeology From the Earth, Oxford University Press, 1954. V. Gordon Childe, The Dawn of European Civilization, 1925 Kathleen Kenyon, Beginning in Archaeology, 1952
  • Notices biographiques de ces dernier.e.s : Ève Gran-Aymerich, Les Chercheurs de passé. 1798–1945. Aux sources de l’archéologie, CNRS Éditions, Paris, 2007