189. Le bicentenaire de Napoléon, avec Aurélien Lignereux

L’invité: Aurélien Lignereux, professeur à l’IEP de Grenoble

François-Joseph Sandmann, Napoléon à Saint-Hélène, ca 1820.

Le thème: historiographie de la période napoléonienne à l’occasion du bicentenaire de la mort de Napoléon

 

La discussion :

  • Le champ particulier des études napoléoniennes, au croisement de différents acteurs, pas uniquement universitaires
  • Les controverses liées au bicentenaire : la Fondation Napoléon, une instance neutre ? (5:00)
  • Quel positionnement pour un historien universitaire au sein de ce champ (7:30)
  • La profusion éditoriale actuelle et le type d’ouvrages paraissant sur Napoléon (9:35)
  • La place de l’histoire militaire, et ses renouvellements (11:15)
  • Les difficultés de la commémoration officielle de Napoléon par la République, dans une année tronquée par la crise sanitaire (15:45)
  • L’épisode du retour programmé du corps d’un général mort en Russie, et ses enjeux diplomatiques (21:30)
  • Les renouvellements historiographiques de l’histoire napoléonienne et leurs origines (26:30)
  • Des chantiers majeures : police et maintien de l’ordre (32:30)
  • Les sources spécifiques de la période napoléonienne (38:20)
  • Une clef de lecture générationnelle pour comprendre la période (40:30)
  • Une histoire féminine de la période est-elle possible ? (43:30)
  • Le Premier Empire, matrice des impérialismes européens au XIXe siècle ? (47:00)

Les travaux mentionnés durant l’émission (par ordre alphabétique) :

  • Michael Broers, Europe Under Napoleon 1799-1815, Londres, Hodder, 1996.
  • Walter Bruyère-Ostells, Benoît Pouget et Michel Signoli, Des chairs et des larmes. Combattre, souffrir, mourir dans les guerres de la Révolution et de l’Empire, 1792-1815, Avignon, Presses universitaires de Provence, 2020.
  • Jane Burbank, Frederick Cooper, Empires. De la Chine ancienne à nos jours, Paris, Payot, 2011.
  • Hervé Drévillon, Olivier Wieviorka (dir.), Histoire militaire de la France, I. Des Mérovingiens au Second Empire, Paris, Perrin, 2018.
  • Aurélien Lignereux, L’empire des Français, 1799-1815, Paris, Seuil, 2013.
  • Id., Les impériaux, administrer et habiter l’Europe de Napoléon, Paris, Perrin, 2021
  • Id., avec Quentin Deluermoz et Arnaud-Dominique Houte, « Sociétés et forces de sécurité au XIXe siècle », Revue d’histoire du 19e siècle, 50, 2015
  •  Nathalie Petiteau (dir.), Voies nouvelles pour l’histoire du Premier Empire. Territoires, pouvoirs, identités : colloque d’Avignon, 9-10 mai 2000, Paris, La boutique de l’histoire, 2000.
  • Maria Pia Donato, Les archives du monde. Quand Napoléon confisqua l’histoire, Paris, PUF, 2020.
  • Anne Verjus, Le bon mari : une histoire politique des hommes et des femmes à l’époque révolutionnaire, Paris, Fayard, 2010.
  • Stuart Woolf, Napoleon’s Integration of Europe, L. Longman, 1993.

Les conseils de fin d’émission :

 

 

188. Histoire et mémoire du spartakisme, avec Nicolas Offenstadt

L’invité: Nicolas Offenstadt (MCF HDR Université Paris-I)

Le livre: Gilbert Badia, Le spartakisme. Les dernières années de Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht, Ivry, éditions Otium, 2021 [1967]

La discussion :

  • Pourquoi lire cette réédition d’un livre de 1967 ? (1:00)
  • Le parcours de Gilbert Badia, germaniste, résistant, militant communiste, passeur de la RDA en France… (4:00)
  • Quelle position pouvait avoir un intellectuel communiste dans les années 1950-1980 dans le monde universitaire ? (8:30)
  • Les rapports de Gilbert Badia au régime de la RDA et à ses organes de sécurité (12:10)
  • Un livre marqué par les questionnements politiques des années 1960 sur la révolution et l’organisation révolutionnaire (17:30)
  • À l’arrière-plan de l’ouvrage, le questionnement sur la « trahison » de la social-démocratie (21:15)
  • Le spartakisme, né du rejet de la Grande Guerre (24:30)
  • La figure marquante de Karl Liebknecht (27:00)
  • La naissance du spartakisme et son développement à partir de 1916 (29:30)
  • Nuancer la place des spartakistes dans la révolution allemande (34’)
  • Le rôle des socialistes majoritaires en partie réévalué (38:30)
  • Les commémorations de la révolution allemande en 2018-2019 (42:00)
  • Quelles traces, quels monuments du spartakisme dans l’Allemagne contemporaine ? (51:00)

Principaux ouvrages de de Gilbert Badia:

  • La fin de la République allemande, 1929-1933, éditions sociales, Paris, 1958.
  • Histoire de l’Allemagne contemporaine, 2 volumes, éditions sociales, 1962, rééd. 1964, 1975.
  • Les spartakistes, 1918, l’Allemagne en révolution, Collections archives, Julliard, 1966.
  • Le Spartakisme, les dernières années de Rosa Luxemburg et de Karl Liebknecht, L’Arche, 1967.
  • Rosa Luxemburg : Journaliste, polémiste, révolutionnaire, éditions sociales, 1975.
  • (dir.) Les barbelés de l’exil, Presses universitaires de Grenoble, 1979.
  • Feu au Reichstag : l’acte de naissance du régime nazi, éditions sociales, 1983.
  • (dir.) Les Bannis de Hitler, EDI-Presses universitaires de Vincennes, 1984.
  • Clara Zetkin, féministe sans frontières, Éditions de l’Atelier, 1993.
  • Rosa Luxemburg, épistolière, Éditions de l’Atelier, 1995.
  • Ces Allemands qui ont affronté Hitler, Éditions de l’Atelier, 2000.

Notice biographique de Gilbert Badia

La chanson de fin: Ernst Buch, Das Lied der Matrosen, tiré du film du même nom, par Kurt Maetzig et Günter Reisch (1958)

 

185. Commémorer la Commune, avec Eric Fournier

L’invité: Eric Fournier, maître de conférences à l’Université Paris-I

L’événement et le livre: 150e anniversaire de la Commune / La Commune n’est pas morte! Usages politiques du passé de 1871 à nos jours, Libertalia, 2013.

La discussion:

  • Une commémoration sous Covid en mode mineur pour 2021 (1:30)
  • Les premières commémorations de 1880-1881 (2:50)
  • La naissance du “mur des fédérés” (5:00)
  • Commémorer ailleurs? (7:20)
  • Les bolcheviks et la Commune (9:35)
  • Le cinquantenaire de la Commune au temps de la division SFIC-PCF / SFIO (12:15)
  • Les lectures réductrices de la Commune dans la mémoire communiste (15:40)
  • Une mémoire plus unie au temps du Front Populaire (19:30)
  • La Commune, hantise de Weygand en 1940 (22:05)
  • Doriot et la Commune (24:35)
  • Mai 68, réactivation de la Commune (28:00)
  • Un centenaire politisé et conflictuel en 1971 (29:15)
  • Pourquoi Pompidou n’était pas au Mur des Fédérés lors du centenaire (30:30)
  • Une mémoire qui tend à se banaliser depuis les années 1980 (32:50)
  • La réactivation de discours “Versaillais” dans les années 2000 (34:40)
  • Les enjeux politiques de la commémoration en 2021 (36:10)

Les conseils et références citées dans l’émission (par ordre alphabétique) :

  • Marc César, Laure Godineau (dir.), La Commune de 1871 : une relecture, Grane, Créaphis, 2019.
  • Jordi Brahamcha-Marin et Alice De Charentenay, La Commune des écrivains. Paris, 1871 : vivre et écrire l’insurrection, Paris, Gallimard, « Folio classique », 2021.
  • Michel Cordillot, La Commune 1871 (collection Maitron)
  • Quentin Deluermoz, Commune(s). Une traversée des mondes au XIXe siècle, Paris, Seuil, 2020.
  • Madeleine Rébérioux, “Le mur des fédérés”, in P. Nora (dir.), Les lieux de mémoire.
  • Jacques Rougerie, Procès des Communards, Paris, Julliard, coll. « Archives », 1964.
  • Edith Thomas, Les pétroleuses, Paris, Gallimard, “Folio histoire”, 2021 [1964], préface de Chloé Leprince.

176. Les 150 ans de la Commune, avec Michel Cordillot et Julien Lucchini

Les invités : Michel Cordillot (professeur émérite à l’université Paris-8), Julien Lucchini (responsable « histoire » aux éditions de l’atelier)

Le livre : La Commune de Paris 1871. les acteurs, l’événement, les lieux, Ivry, éditions de l’Atelier, 2021.

La discussion :

  • Les origines du projet et le choix des auteurs (2:00)
  • Un volume de 1400 pages, véritable challenge éditorial (7:30)
  • Quel paysage historiographique en 2021, par rapport au centenaire de 1971 ? (9:30)
  • La complexification du vocabulaire et des approches, sur le plan sociologique (10:40) et idéologique (12:40)
  • La part de la contingence dans l’histoire brève de la Commune (14:00)
  • Le choix des biographies incluses dans l’ouvrage, complémentaires de celles figurant sur le site (15:00), se voulant représentatif de la diversité des Communards (19:00)
  • La place des femmes dans l’ouvrage (19:50)
  • Annexes, listes, outils de travail présents dans le livre (22:00)
  • Les pistes de recherche futures qui pourront être suivies (23:00)
  • L’iconographie et son intégration (24:00), reflétant la culture visuelle de la période (26:20)
  • La Commune de Paris et ses liens avec le reste du pays et du monde (28:30) et la place des étrangers dans l’événement (30:00)
  • Les sections thématiques du livre, et la place donnée aux controverses historiographiques (32:00), et les aspects moins attendus de l’événement (35:00)
  • Comment concilier sympathies communardes et rigueur historique ? (37:00)
  • Qu’attendre du 150e anniversaire ? (39:00)
  • Quelles résonances actuelles de l’événement ? (40:00)

Voir les compléments du livre en ligne sur le site Maitron.

Chanson d’ouverture: La  Commune est en lutte, de Jean-Roger Caussimon

 

162. Quand l’empire napoléonien volait les archives, avec Maria Pia Donato

L’invitée: Maria Pia Donato, directrice de recherche au CNRSLe livre: Les archives du monde. Quand Napoléon confisqua l’histoire, Paris, PUF, 2020.

La discussion :

  • Le thème du livre, l’énorme opération de concentration des archives européennes à Paris sous l’empire napoléonien (45’)
  • La continuité entre spoliation et vol d’œuvres d’art, et ce qui concerne les archives (2’30)
  • L’ampleur des confiscations : plusieurs centaines de milliers de documents (5’30)
  • Un moment de l’histoire où dans les archives il y a aussi des livres, des médailles, des spécimens, des objets – on est à un moment de grande porosité, qui n’a pas entièrement disparu – entre archives, musées et bibliothèques (7’55)
  • Dans quelle mesure Napoléon Ier s’est impliqué lui-même dans le projet, est-ce que cela renvoie à des conceptions personnelles de l’empereur ? (11’)
  • Le passage d’une vision « utilitaire » de ces confiscations d’archives à un projet aux dimensions symboliques beaucoup plus fortes (16’)
  • Un des signes les plus forts de cette volonté de faire des archives un symbole du pouvoir impérial : le projet de palais des archives à Paris (19’30)
  • L’idée d’utiliser les archives comme armes politiques, notamment contre la papauté quandd les relations se dégradent, en utilisant des documents comme les procédures contre Galilée et les archives de l’Inquisition (22’)
  • Des archives à la fois dégradées, et reconditionnées, suite à ce transport (26’45)
  • Le long et complexe processus de restitution de ces archives après 1814-1815 (31’)
  • Comment restituer des archives à des instances qui ont disparu ? La « nationalisation » des archives qui en résulte (34’45)
  • Les enjeux civiques de cette enquête, la nécessité de débattre des archives, dans un monde où l’héritage matériel du passé se transforme à grande vitesse (38’)
  • Conseil de lecture (42’30)

Le conseil de lecture: John Henderson, Florence under siege. Surviving the plague in an early modern city, Yale, Yale UP, 2019.

160. Penser et dessiner la Révolution française, avec Florent Grouazel, Younn Locard et Paul Chopelin

Second volet de la rencontre-Enseignants  organisée par le Service éducatif et culturel de la Conciergerie/Sainte-Chapelle le 7 octobre 2020 (écouter ici le premier volet: histoire de la BD historique)

Les intervenants: Paul Chopelin, maître de conférences à l’université Lyon-III ; Florent Grouazel et Younn Locard, auteurs-dessinateurs

L’album: Révolution, tome 1: Liberté, Actes Sud, 2019.

La discussion:

  • Des choix narratifs qui font le pari de placer les lecteurs au cœur de l’action, sans repères familiers
  • Une écriture en partie inspirée du cinéma, et le rôle de la « voix off »
  • Une palette de couleurs qui s’éloigne des stéréotypes de la période
  • Une méthode de travail particulière, où chacun écrit et dessine
  • Le choix des personnages pour ce récit choral, avec le souci de mettre en avant des figures féminines
  • Un album sans le roi, qui s’intéresse aux dynamiques populaires et ordinaires de la Révolution
  • Le rôle de la documentation et des lectures dans la conception de l’album
  • Comment restituer la langue du XVIIIe siècle ?
  • Quelles méthodes de travail pour accumuler et gérer la documentation historique, iconographique en particulier ?
  • Un épisode mis en avant dans l’album : l’incendie de la barrière de l’octroi, le 12 juillet 1789
  • Comment penser et montrer les engagements
  • Le thème du complot, trait d’union entre l’époque révolutionnaire et la nôtre
  • Comment écrire les personnages féminins du livre, avec leur liberté mais aussi vivant la domination masculine ?
  • Où en est l’écriture des tomes suivants ?

Pour aller plus loin:

159. Histoire de la BD historique, avec Paul Chopelin (rencontre BD / histoire à la Conciergerie #1)

Premier volet de la rencontre-Enseignants  organisée par le Service éducatif et culturel de la Conciergerie/Sainte-Chapelle le 7 octobre 2020 (écouter ici le second volet: discussion sur l’album Révolution)

L’intervenant : Paul Chopelin, maître de conférences à l’université de Lyon-III

Le thème : Histoire et bande dessinée, intervention à la Conciergerie, Paris, le 7 octobre 2020.

La conférence, accompagnée de son diaporama / bibliographie (pdf)

  • La naissance de la BD historique au début du XXe siècle (1’)
  • Le rôle des éditeurs belges dans l’entre-deux-guerres, avec Don Bosco dans le Journal de Spirou (3‘30)
  • Des illustrés très genrés (5’20) et des codes issus du cinéma (Alix)
  • Les années 1960-70 avec une évolution du lectorat vers des BD adultes (7’40)
  • La BD pédagogique illustrée par « les belles histoires de l’Oncle Paul » (9’)
  • Le rôle de Glénat à la fin des années 1970, qui publie Bourgeon (11’45)
  • Les passagers du vent et son succès, ouvrant la voie à d’autres séries (14’)
  • La difficulté à définir la notion de « BD historique » (16’45)
  • Comment classer Astérix par exemple, ou encore les uchronies, le steampunk ? (21’45)
  • L’essor de la BD autobiographique (24’30), commémorative (25’) ou militante (25’30)
  • Les conditions du dialogue entre historiens et auteurs de BD (27’) avec Serge Tisseron comme pionnier (28’)
  • La BD comme objet de recherche ou d’investissement pour des universitaires (31’)
  • Préfaces, dossiers documentaires, bibliographies : l’accompagnement historien de la BD (33’)
  • Un regain dans les années 2010 avec des universitaires comme co-auteurs ou conseillers (34’), et les limites du medium pour traiter de grands panoramas
  • Les adaptations d’ouvrages de recherche en BD, comme Mauvais genre de Chloé Cruchaudet (36’)
  • L’enjeu du décor dans la BD historique (37’30)
  • L’usage nécessaire et régulier de stéréotypes historiques (39’30)
  • Les « maniaques du détail » et de la documentation comme Bourgeon et Pellerin (40’30)
  • Les réalistes, moins otages de la recherche documentaire (44’)
  • Les auteurs qui inventent leurs décors (46’)
  • Ceux qui jouent sur les stéréotypes (47’20)
  • Ceux qui travaillent sur des images anciennes et les mettent en scénario (48’)
  • Les usages en BD de la Conciergerie (50’)
  • Utiliser la BD en classe : oui mais comme un art à part entière et non une solution de facilité (57’)

106. Filmer la Révolution : ‘Un peuple et son roi’, avec Hugo Orain

L’invité : Hugo Orain, enseignant d’histoire-géographie et doctorant (co-tutelle) Rennes 2 et UQTR (Québec).

Le film : Un peuple et son roi (Pierre Schoeller, 2018)

La discussion :

  • Résumé du film, et des destins de personnages qu’il entrecroise (1’)
  • Le projet de Pierre Schoeller : faire la généalogie de la République (2’50)
  • Un film sur le langage politique, à l’assemblée et dans les couches populaires (4’10)
  • Les conseillers et conseillères historiques du film (5’30)
  • Une œuvre inscrite dans un contexte favorable à la représentation de la Révolution (7’30)
  • Un renouvellement historiographique perceptible à l’écran ? (8’50)
  • Des échos avec le mouvement des « gilets jaunes » et « nuit debout » ? (9’50)
  • Un film ouvertement positif envers la Révolution, ce qui est rare dans la période récente (12’15)
  • Un corpus plutôt négatif, au cinéma, à la télévision, dans les jeux vidéo (14’10)
  • Un moment clef du film : la manifestation des femmes les 5-6 octobre 1789 (16’30)
  • La place donnée à la chanson populaire dans le film (19’15)
  • Les principaux événements représentés, avec une place forte accordée à la fuite du roi et à la fusillade du Champ-de-mars, dans l’engagement révolutionnaire (20’30)
  • Une scène forte et réussie, la prise des Tuileries et ses préparatifs (24’)
  • Les sentiments mitigés laissés par le film, et les différents registres sur lesquels il fonctionne (26’50)
  • La façon dont Louis XVI est représenté, sans être ridiculisé (29’20)
  • Les débats entre députés à la salle du manège (33’35)
  • Décors, costumes, lumières : les choix visuels du film, inspirés des peintures de Raguenet (35’40)
  • Le film mis en perspective avec d’autres œuvres : La Marseillaise, Un violent désir de bonheur
  • Des séquences utilisables par les enseignants (39’45)
  • La puissance de la séquence dans laquelle la Bastille est détruite (40’50)

Conseils de lecture / pour aller plus loin :

91. Révolution et roman, avec Michèle Audin et Judith Lyon-Caen

Quatrième séance des “mercredis des révolutions“ (édition 2019-2020), université populaire organisée à la mairie du XVIIIe arrondissement par la Société d’histoire de la révolution de 1848, en partenariat avec “Paroles d’histoire”.

Les invitées: Michèle Audin est écrivaine et amatrice d’histoire. Son roman Comme une rivière bleue (Gallimard, 2017) a pour cadre (et pour personnage) Paris pendant la Commune de 1871. Elle a aussi rassemblé et présenté les textes du communard Eugène Varlin (Libertalia, 2018).
Judith Lyon-Caen, historienne, enseigne à l’École des hautes études en sciences sociales. Elle explore les relations entre histoire et littérature au xixe et au xxe siècles. Dans La Griffe du temps (Gallimard, 2019), elle réfléchit à ce que l’histoire peut dire de la littérature en enquêtant sur une nouvelle des Diaboliques de Barbey d’Aurevilly (1874).

Discussion animée par Thomas Bouchet

86. Esclavage et révolution, avec Emmanuel Fureix, Romy Sanchez et Ary Gordien

Les intervenants:

  • Emmanuel Fureix, professeur à l’Université Paris-est Créteil
  • Romy Sanchez, docteure en histoire
  • Ary Gordien, docteur en anthropologie, Chargé de recherches à l’Université de Paris/LARCA
  • Avec une contribution de Myriam Cottias, directrice de recherche au CNRS

Le débat: Esclavage et révolution, seconde séance des “mercredis des révolutions“, université populaire organisée à la mairie du XVIIIe arrondissement par la Société d’histoire de la révolution de 1848, en partenariat avec “Paroles d’histoire”.