206. L’histoire autrement #5 : un webdoc historique avec Isabelle Heullant-Donat et Olivier Lambert

L’histoire n’appartient pas qu’aux historiennes et aux historiens : la série d’émissions #HistoireAutrement fait porter le regard sur des pratiques non académiques de l’histoire.

Les invité-e-s : Isabelle Heullant-Donat, professeure d’histoire médiévale à l’université de Reims ; Olivier Lambert, producteur (Lumento)

Le thème : le webdocumentaire Le cloître et la prison issu du programme de recherche Enfermements

 

La discussion :

  • Le choix d’un webdocumentaire pour prolonger un projet de recherche (1:00)
  • Le lien entre univers monastique et carcéral, à travers le site de Clairvaux en particulier (2:30)
  • Du côté de la production, l’intérêt pour l’histoire et pour les projets interactifs (9:30)
  • Le webdocumentaire, un type de projet non directif, qui rompt avec les habitudes des historiens et des historiennes (13:45)
  • Les atouts du webdoc par rapport à d’autres supports (BD, documentaire classique…) (18:00)
  • La pérennité d’un support numérique (20:30)
  • On n’écrit pas un webdoc comme on écrit un livre (26:00), et les usagers en font des usages variés (31:00)
  • Les vertus du « tournant spatial » des sciences humaines (36:15)
  • Un travail inscrit dans la durée (40:00)
  • Les financements et soutiens du projet (44:45)
  • Les incertitudes de la réception d’un tel projet, dans le champ académique (50:00) et en ligne (55:00)

204. L’histoire autrement #4 : la recherche est (vraiment) un sport de combat, avec Pierre-Henry Bas et Stéphane Hadjeras

L’histoire n’appartient pas qu’aux historiennes et aux historiens : la série d’émissions #HistoireAutrement fait porter le regard sur des pratiques non académiques de l’histoire.

Les invités : Pierre-Henry Bas, docteur en histoire et praticien d’Arts martiaux historiques européens ; Stéphane Hadjéras, docteur en histoire et entraîneur de boxe, auteur de Georges Carpentier, l’incroyable destin d’un boxeur devenu star (Paris, Nouveau monde, 2021).

Codex Wallerstein, Augsburg, Cod.I.6.4º.2 folio 107v, ca. 1400

Le thème : activité de recherche en histoire et pratique des sports de combat

La discussion :

  • Le centenaire du combat Carpentier-Dempsey (1:45) inscrit dans une modernité médiatique de la boxe au début du XXe siècle (3:00)
  • Le parcours de Stéphane Hadjéras entre boxe et recherche (5:00)
  • Le parcours de Pierre-Henry Bas entre escrime et recherche (7:00)
  • Que sont les « arts martiaux historiques européens » (AMHE) ? (10:00) quelles différences avec le « Béhourt » (13:00) ?
  • L’intérêt des sciences sociales pour la boxe, à travers notamment les travaux de Loïx Wacquant (17:00)
  • Les similarités dans la vie et le rythme de travail d’un boxeur et d’un chercheur (18:40)
  • Le regard porté sur les doctorants par les sportifs, et inversement (22:15)
  • Les seuils de douleur et de résistance physique ont-ils une histoire ? (26:20)
  • La codification des geste de combat au Moyen âge (33:00)
  • Comment passer des sources à la reconstitution des gestes ? (37:00)
  • Les différences et ressemblances entre la boxe actuelle et celle d’il y a un siècle (42:00)
  • Des pratiques masculines dans l’histoire, en voie de féminisation dans la société (49:00)
  • La valorisation de ces activités et des AMHE (54:00)

 

202. Engels et la guerre des paysans dans l’histoire allemande, avec Rachel Renault

L’invitée : Rachel Renault, maîtresse de conférences à l’université du Mans

Le livre : Friedrich Engels, La guerre des paysans, préface d’Éric Vuillard, introduction et notes de Rachel Renault, éditions sociales, 2021.

La discussion :

  • L’intérêt du livre d’Engels, presque deux cents ans après sa naissance (1:00)
  • Éléments de contexte : la guerre des paysans (4:00), Thomas Müntzer, le rôle répressif de Luther, les particularités du Saint Empire (9:30)
  • Qui est Friedrich Engels en 1850 ?
  • Un livre sur 1525 qui est aussi une réflexion sur l’échec politique de 1848-1849
  • La question du morcellement politique allemand, au XVIe siècle et au XIXe siècle, et des rôles respectifs de la Prusse et de l’Empire (19:00)
  • Le problème du Sonderweg ou « chemin particulier » de l’histoire allemande (21:00)
  • Un éloge paradoxal de la bourgeoisie allemande chez Engels (25:00)
  • Un livre qui est une des premières mises en pratique du matérialisme historique (26:20)
  • Une évocation du Saint Empire qui résonne avec les renouvellements historiographiques le concernant (29:45)
  • Ce qui rend le texte « périmé » ou problématique au regard des savoirs actuels sur la guerre des paysans (32:00)
  • La religion, un simple « masque » d’intérêts sociaux ? (34:00)
  • Quel regard porté sur les paysans, et leur rôle de « frein » aux forces révolutionnaires ? (38:15)
  • La force narrative et intellectuelle du texte (42:00)

Le conseil de visionnage : Le jeune Marx, film de Raoul Peck (2017)

200. La draft de l’antiquité, avec Vivien Barrière, Sophie Laribi-Glaudel, Juliette Roy et Clément Salviani

Les invité-e-s : Vivien Barrière, Sophie Laribi-Glaudel, Juliette Roy et Clément Salviani

Le thème: sélectionner la meilleure “équipe” de l’antiquité en piochant dans cinq catégories

Une émission à écouter mais aussi à regarder sur la chaîne YouTube de Paroles d’histoire:

199. L’histoire autrement (3) : faire de l’histoire pour les enfants, avec Mélanie Decourt, Laurence De Cock et Christophe Nicolas

L’histoire n’appartient pas qu’aux historiennes et aux historiens : la série d’émissions #HistoireAutrement fait porter le regard sur des pratiques non académiques de l’histoire.

Les invité-e-s :

  • Mélanie Decourt, responsable éditoriale pour les éditions Nathan
  • Christophe Nicolas, rédacteur pour Astrapi
  • Laurence De Cock, historienne et pédagogue, auteure de L’Histoire juniors

Le thème : comment faire de l’histoire pour les enfants?

La discussion :

  • Quelle place tient l’histoire dans l’offre culturelle proposée aux enfants ? (1:30)
  • Une écriture de l’histoire qui varie suivant les âges auxquels on s’adresse (3:15)
  • Un constat : le manque en termes de réflexion destinée aux enfants sur la démarche historique elle-même (5:20)
  • L’Histoire juniors, déclinaison du magazine, forme de vulgarisation destinée aux enfants (6:30)
  • Les ajustements vis-à-vis de l’histoire scolaire (8:45)
  • Différents niveaux de lecture, et des possibilités de colecture, pour entrer dans l’histoire (11:10)
  • Le caractère très exigeant de la vulgarisation pour enfants (13:30)
  • L’équilibre à trouver entre curiosité, rigueur et légèreté (15:30)
  • La dimension ludique comme mode d’accès à l’histoire (18:50)
  • La pertinence des questions historiques d’enfants : « pourquoi Louis XIV est habillé en fille ? » (20:15)
  • Et comment faire quand il n’y a pas de questions ? (21:45)
  • La future collection « les explorateurs du temps » (23:20)
  • L’identification à des personnages enfantins comme vecteur de curiosité historique (25:20)
  • Raconter des histoires ou raconter comment on fait l’histoire ? (28:00)
  • La curiosité pour l’archéologie (30:00)
  • La vertu de l’anachronisme, du contrefactuel, moteurs de questionnement (31:45)
  • Dépayser ou partir du familier ? (34:00)
  • Divertir, faire rêver, ou exposer à des événements sombres ou tristes ? Et avec quels mediums ? (36:00)
  • Comment renouveler l’imaginaire historique, au-delà des chevaliers ou des vikings ? (42:00)
  • La tension entre « grands » personnages et vies « ordinaires » (46:00)
  • Les qualités des livres destinés aux enfants au XIXe siècle, notamment le Tour de la France par les enfants (49:15)

Le conseil : les Odyssées, podcast pour les enfants de Radio france

Pour aller plus loin: l’élémentation des savoirs, sur le Cartable de Clio

195. L’histoire autrement (1) : la vulgarisation vidéo, avec Quentin Censier et Antoine Resche

L’histoire n’appartient pas qu’aux historiennes et aux historiens : la série d’émissions #HistoireAutrement fait porter le regard sur des pratiques non académiques de l’histoire.

Les invités : Antoine Resche, auteur du site et de la chaîne Histony ; Quentin Censier, auteur de la chaîne Sur le champ

Le thème : la vulgarisation vidéo sur internet (le « youtubing » historique)

Un grand merci à Prem Carriou pour les informations transmises tirées de sa thèse en cours.

La discussion :

  • Comment définir l’activité dite de « youtubeur historique », ou plutôt de vulgarisateur ? (2:00)
  • Le rapport entretenu avec la plateforme Youtube (3:00)
  • Présentation de la chaîne Histony et de ses choix de vidéos longues (6:30)
  • Présentation de la chaîne Sur le champ et de ses choix de mise en scène dialoguée (10:00)
  • Les défis techniques liés à la réalisation de ces vidéos (16:00)
  • L’imbrication des enjeux techniques et des questions de fond (18:15)
  • Temps de préparation, rythmes de diffusion, durée des épisodes… le rapport au temps des vidéastes, et la place du travail informel (21:00)
  • Quel modèle économique pour les vidéos de vulgarisation ? Comment concilier gratuité et rémunération ? Quelles incidences sur le contenu et le rythme de publication ? (25:30)
  • Les différentes communautés autour des vidéastes : entourage, autres vidéastes, publics… (32:30)
  • La question de la modération des commentaires, des discours de haine ou de paranoïa (34:10)
  • Quelle légitimité derrière la diffusion de ces connaissances ? (38:00)
  • Quelle efficacité, qu’est-ce qu’on arrive à transmettre ? Que font les gens de ces contenus ? (42:30)
  • « Secouer » son public pour ne pas être récupéré ou étiqueté (48:00)
  • Le profil des « youtubeurs » en histoire : autodidacte, masculin… (50:00)
  • Le paysage du « youtubing historique » francophone (54:15) et sa structuration à travers notamment le « label Hérodote » (57:00)
  • Youtube, lieu de combats et de conflits politiques ? (59:30)
  • Les limites de l’humour comme procédé de vulgarisation (1:03:00)
  • La place de la vidéo de vulgarisation dans le paysage audiovisuel, et face à la télévision en particulier (1:06:00)
  • Le meilleur souvenir en tant que vidéaste : en interaction avec l’histoire savante (1:09:00)

192. La Commune, carnet d’expériences, avec Quentin Deluermoz

L’invité : Quentin Deluermoz, professeur à l’Université de Paris

Le livre : Commune(s). Une traversée des mondes au XIXe siècle, Paris, Seuil, 2020.

La discussion :

  • Pourquoi écrire un livre conçu comme un carnet d’expériences, non linéaire ou narratif sur la Commune (1:30)
  • Un événement à réinscrire dans un contexte, celui de la décennie 1860, qui est celle d’une poussée démocratique à l’échelle internationale (4:15), un moment illustré par la trajectoire de Gustave Cluseret (6:00)
  • Ce que font les événements de 1870-1871 à la stature impériale de la France dans le monde (7:00)
  • Les lectures locales de la Commune à l’étranger, qui font jouer les failles politiques internes à différents pays (8:50)
  • L’insertion des événements dans un âge global de la communication qui intensifie la circulation des nouvelles (10:30)
  • Les enjeux globaux de la Commune, peu sensibles à l’échelle du quartier et de l’insurrection (13:25)
  • La Commune, « semi-État » sur la scène internationale ? (15:00)
  • Quel est le champ sémantique du mot Commune en 1871 ? (17:35)
  • La Commune d’Alger, si paradoxale, émancipatrice mais pas pour les Algériens colonisés (20:10)
  • Étudier la Commune comme si l’on ne connaissait pas sa fin, pour saisir ses « dynamiques d’émergence » (23:10)
  • Un bilan pas si « mince » à l’échelle individuelle et du quartier (26:30)
  • Une forme de légalisme communard, dans un événement qui n’est pas sans structure, avec une « pluralité d’ordres » (29:30)
  • Faire l’histoire du désengagement ou de l’indifférence vis-à-vis de la Commune (32:20)
  • Les différents massifs d’archives restant à exploiter (35:00)
  • Une discordance des temporalités vécues, entre Versaillais et Communards, s’accusant mutuellement d’anachronismes (37:30)
  • La remise en ordre discursive de l’après-Commune (39:10)
  • Des échos de la Commune dans le mouvement ouvrier américain (41:15)
  • Le moment commémoratif particulier de 2021 qui fait sens dans le cadre de mutations du rapport au politique (42:30)

Les historiennes et historiens mentionné-e-s dans la discussion:

  • Historiographie de la Commune : Jacques Rougerie, Robert Tombs
  • Polysémie du mot Commune : Claire Judde, Jérémie Foa
  • Algérie : Sylvie Thénault, Hélène Blais
  • Approche processuelle : Haim Burstin, Timothy Tackett
  • Processus de nomination et réinvestissement : Boris Gobille
  • Commune rurale de Corneilla-la-Rivière : Jérôme Quaretti
  • Mouvements sans leaders : Yves Cohen
  • Survivance du passé : Aby Wartburg

Le conseil: Les damnés de la Commune, de Raphaël Meyssan

Les autres émissions sur la Commune: Maitron de la Commune ; commémorer la Commune ; dessiner la Commune

183. Retour sur les “années chinoises” d’Annette Wieviorka

L’invitée: Annette Wieviorka

Le livre: Mes années chinoises, Paris, Stock, 2021.

La discussion:

Le conseil de lecture:

Les références citées dans le podcast (par ordre alphabétique):

  • Guillaume Cuchet, Comment notre monde a cessé d’être chrétien. Anatomie d’un effondrement, Paris, Seuil, 2018.
  • Simon Leys [Pierre Ryckmans], Les Habits neufs du président Mao, Paris, Champ libre, 1971.
  • Olivier Rolin, Tigre en papier, Paris, Seuil, 2002.
  • Yang Yisheng, Stèles. La Grande Famine en Chine, 1958-1961, Paris, Seuil, 2012 ; Id. Renverser ciel et terre – La tragédie de la Révolution culturelle, 1966–1976, Paris, Seuil, 2020.

182. Maus dans l’histoire de la BD et l’historiographie de la Shoah, avec Tal Bruttmann

L’invité: Tal Bruttmann, historien, spécialiste de la Shoah

Le livre: Art Spiegelman, Maus, NY, Pantheon Books, 1986-1991

La discussion:

  • La première rencontre avec Maus, à la fin des années 1980 (1:30)
  • La vie d’Art Spiegelman, auteur et éditeur de comics avant Maus (2:50)
  • Le contexte de création de Maus, au moment où le feuilleton Holocauste est diffusé à la télévision américaine (4:30)
  • Un livre d’une grande complexité, à l’opposé de l’« Holokitsch » (7:40)
  • Les recherches préparatoires d’Art Spiegelman, fondées sur des enregistrements de conversations avec son père, et la consultation de dessins et d’ouvrages (10:00)
  • Le dessin, source pour l’histoire, dans ce travail de documentation et pour Ma us (13:00)
  • Les difficultés de publication de Spiegelman (14:00)
  • Les incertitudes de la réception : « fiction » ou « non-fiction » ? quelle légitimité pour la BD comme représentation de l’histoire ? (17:45)
  • Un livre qui n’est pas seulement consacré à la Shoah, mais aussi et surtout sur la transmission familiale, avec une mise en abyme du témoignage, et un récit de « seconde génération »  (22:40)
  • Un trait « tenu » du début à la fin de l’œuvre (26:00)
  • Un livre qui n’embellit pas la réalité ni le témoin (27:00)
  • Un travail qui montre de façon rare les conditions de recueil du témoignage (29:00)
  • Extrait audio : Vladek Spiegelman témoigne (31:00)
  • Le parcours singulier de Vladek et Anja durant la Seconde Guerre mondiale (32:00)
  • Le caractère « transactionnel » de la survie durant la Shoah dans le récit de Vladek Spiegelman (38:00)
  • Les langues de Maus : anglais, allemand, yiddish, polonais… (40:00)
  • Le choix de représenter les Juifs en souris, et le caractère « reconnaissable » des Juifs en Pologne (42:30)
  • La question des choix, et des dilemmes pour les protagonistes dans l’incertitude des protagonistes (45:00)
  • Les choix graphiques de Maus : animaux, bichromie… en lien avec la culture graphique d’Art Spiegelman (48:00)
  • la position particulière de Maus dans les débats sur la représentation de la Shoah, et ses sources visuelles (51:00)
  • la plasiticité du medium BD (57:00)
  • un « avant » et un « après » Maus dans la représentation de la Shoah en BD (1:02:00)
  • Conseils de lecture (1:04:00)

Albums cités dans l’entretien (par ordre chronologique):

  • Pierre-Edmond Calvo, Victor Dancette & Jacques Zimmermann, La Bête est morte ! Fascicule premier. Quand la bête est déchaînée, Paris, Editions GP, 1944
  • Will Eisner, A contract with God : and other tenement stories, New York , Baronet, 1978.
  • Frank Miller, Batman: The Dark Knight Returns, DC Comics, miniseries (4), February-June 1986.
  • Alan Moore & Dave Gibbons, Watchmen, DC Comics, limited series (12) September 1986-October 1987.
  • Joe Kubert, Yossel. April 19, 1943: a story of the Warsaw Ghetto Uprising, New York: Ibooks : Distributed by Simon & Schuster, 2003.

Bibliographie sélective:

  • Tal Bruttmann, « The Holocaust through Comic Books » in Aukje Kluge et Benn E. Williams (eds.), Re-examining the holocaust through literature, Newcastle upon Tyne, Cambridge Scholars Pub., 2009, p. 173-200.
  • Mary S. Costanza, The Living Witness: Art in the Concentration Camps and Ghettos, New York, Free Press, 1982.Deborah R. Geis (ed), Considering Maus : approaches to Art Spiegelman’s “Survivor’s tale” of the Holocaust, Tuscaloosa, University of Alabama Press, 2003.
  • Anne Hélène Hoog, Didier Pasamonik et Edward Portnoy, De Superman au Chat du rabbin. Bande dessinée et mémoires juives, Paris, Musée d’art et d’histoire du judaïsme, 2007
  • Serge Klarsfeld (ed.), David Olère: un peintre au sonderkommando à Auschwitz, New York, The Beate Klarsfeld Foundation, 1989.
  • Agnieszka Sieradzka, Le Carnet de croquis d’Auschwitz, Oswiecim, Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau, 2014.
  • Art Spiegelman, Metamaus, Pantheon Books, 2011

Conseils de lecture:

  • José-Luis Bocquet et Arno, Anton Six, Paris, Albin Michel, 1987.
  • Miriam Katin, Seules contre tous, Paris, Seuil, 2006.
  • Greg Pak et Carmine Di Giandomenico, Magneto : Le testament, 2009

178. Archéologie du genre, avec Isabelle Algrain

L’invitée : isabelle Algrain, archéologue, chercheuse à l’Université Libre de Bruxelles

Le livre : Archéologie du genre. Construction sociale des identités et cultures matérielles, Bruxelles, Université des femmes, 2021.

La discussion :

  • Le genre, un outil conceptuel pour les sciences sociales et l’archéologie en particulier (1:00)
  • L’archéologie du genre, un champ de recherches né dans le monde anglophone dans les années 1970 (3:30)
  • La question du sexisme dans la discipline archéologique, et la féminisation partielle du métier (4:50)
  • Des questions qui se sont posées plus tardivement dans le monde francophone (7:20)
  • Le parcours de recherche d’Isabelle Algrain et ce qui l’a conduite à ces questions (8:50)
  • La lecture genrée des rôles et des objets, ancienne dans l’archéologie (10:50)
  • Relire les résultats de l’archéologie funéraire grâce aux analyses du sexe biologique des individus (12:15), comme pour la tombe de Vix (13:00)
  • Un champ de recherche qui vient parfois compliquer des raisonnements circulaires (16:00)
  • La tombe de Birka en Suède et la « guerrière viking » supposée (16:50)
  • Le genre, critère d’analyse qui n’est pas forcément l’outil principal ou le plus pertinent de l’étude (19:00)
  • Les « amants de Modène » qui n’en sont pas (20:00)
  • L’association textes / fouilles au prisme du genre (21:20)
  • Comment la question du genre peut se poser dans d’autres contextes que celui de l’archéologie funéraire (24:40)
  • La place de la comparaison dans ces questionnements (27:20)
  • Le réflexivité nécessaire dans ce champ de recherche pour ne pas plaquer des présupposés archéologiques sur le passé (30:30)
  • L’archéologie du genre est-elle prise au sérieux aujourd’hui dans la discipline ? (31:50)

Les références citées dans l’émission