118. Un film des années Reagan: Rocky IV, avec Laurent Gayme

L’invité : Laurent Gayme, professeur d’histoire-géographie

Le film : Rocky IV (Sylvester Stallone, 1985)

La discussion :

  • Un film de guerre froide, inscrit dans le contexte particulier de 1985 (1’)
  • Sa réception aux États-Unis et en France (3’)
  • Le scénario du film (7’30)
  • Une apparition de Gorbatchev (11’)
  • Le dénouement « heureux » et improbable du film (13’)
  • Le personnage d’Ivan Drago, dans un rôle pressenti pour Schwarzenegger (14’)
  • Un portrait à charge du sport soviétique : dopage, amateurisme dévoyé… (18’)
  • L’inversion du film : Rocky s’entraînant dans la nature soviétique, Drago avec de la haute technologie (20’)
  • La mise en scène de la confrontation est-ouest lors de la conférence de presse (26’)
  • Le show à l’américaine de James Brown (27’30) et ses liens avec les valeurs défendues par Stallone
  • Un film à inscrire dans un moment « reaganien » du cinéma (33’)

Le conseil de lecture : Frédéric Gimello-Mesplomb (dir.), Le cinéma des années Reagan, un modèle hollywoodien ?, Nouveau Monde éditions, 2007.

117. Master and commander, avec Olivier Aranda et Alexandre Jubelin

Les invités : Olivier Aranda, doctorant en histoire maritime de la Révolution française à Paris-I, et Alexandre Jubelin, animateur du podcast Le Collimateur, chercheur en histoire maritime

Les romans et le film : Master and Commander (Peter Weir, 2003), d’après Patrick O’Brian

La discussion :

  • Qui est Patrick O’Brian ? (2’15)
  • Le personnage de Maturin, plus développé dans les romans que dans le film (4’)
  • Des romans qui ne sont pas seulement maritimes, avec des intrigues amoureuses, un rapport complexe à la nature… (6’)
  • Une « patine » XVIIIe siècle des dialogues (8’40)
  • Des romans imprégnés d’une passion de la mer et des marins (11’40)
  • La complexité des descriptions navales (14’)
  • Une série située durant les guerres de la Révolution et de l’empire (16’)
  • Une saga qui présente presque un biais pro-français montre ces guerres à l’échelle mondiale (18’30)
  • Des romans qui évoquent le monde impérial britannique, avec la question irlandaise par exemple (21’20)
  • Quels sont nos livres préférés ? (24’)
  • Intermède : « Don’t Forget your Old Shipmate »
  • Que penser du film pour un historien de la guerre sur mer ? (27’)
  • Le charme du film (29’)
  • Autorité et discipline (33’)
  • La pratique de la médecine à bord (37’40)
  • La sociabilité du bord (39’)
  • La dimension matérielle de la vie maritime (41’)
  • Un film qui substitue un navire français à l’adversaire américain des romans (45′)
  • Les combats navals : stratagèmes, artillerie, abordages… (49′)

Pour aller plus loin :

  • N.A.M Rodger, The Command of the Ocean: A Naval History of Britain, 1649–1815. New York: W. W. Norton. 2005
  • Brian Lavery, Nelson’s Navy: Its Ships, Men and Organisation 1793-1815, London Conway Maritime, 1989

116. Luttes féministes en Suisse : Les Conquérantes, avec Zoé Kergomard

L’invitée : Zoé Kergomard, chercheuse en histoire contemporaine à l’Institut historique allemand à Paris

Le film : Les conquérantes / Die Göttliche Ordnung (Petra Volpe, 2017)

La discussion :

  • Présentation du film et de sa trame (1’30)
  • Éléments de contexte : pourquoi la Suisse est-elle restée aussi à l’écart des évolutions générales en matière de suffrage ? (2’30)
  • le rôle (ou l’absence de rôle) de la Seconde Guerre mondiale en la matière (8’40)
  • La description dans le film d’une société traditionnelle et patriarcale, à travers différents personnages (10’30)
  • La place de l’église dans les normes de genre (15’30)
  • Les étapes d’une prise de conscience féministe (17’30)
  • un personnage de femme “antiféministe” (19’30)
  • les tâches domestiques perpétuant les rôles traditionnels (22′)
  • la rencontre d’une manifestation féministe (23’30)
  • questions politiques et questions de sexualité (27’20)
  • les rôles masculins qui changent aussi, avec la représentation de l’armée (30’40)
  • le choix de tourner le film en dialecte alémanique (33′)
  • La réception du film en Suisse, permettant la réunion de différentes générations féministes (35′)
  • conseils de lecture

 

Pour aller plus loin :

  • Dictionnaire historique de la Suisse, “bible” en ligne et trilingue (notamment les articles Suffrage féminin, Mouvement des femmes ou encore Manifestations, Grèves, Migrations…)
  • Studer, Brigitte: “L’Etat c’est l’homme”. Politique, citoyenneté et genre dans le débat autour du suffrage féminin après 1945, in: Schweizerische Zeitschrift für Geschichte 46 (3), 1996, pp. 356–382.
  • Skenderovic, Damir; Späti, Christina: Les années 68 : une rupture politique et culturelle, Lausanne 2012.

Documentaires:

115. Un film de guerre singulier : Dunkerque, avec Vincent Guigueno

L’invité : Vincent Guigueno, historien, conservateur du patrimoine, et figurant dans le film

Le film : Dunkerque (Christopher Nolan, 2017)

La discussion :

  • Une expérience de figurant dans Dunkerque (1’20)
  • Un film à réinscrire dans une série de films représentant la Seconde Guerre mondiale (5’)
  • Une œuvre qui ne se veut pas un film de guerre traditionnel, d’une construction originale et déroutante (7’30)
  • Le travail du spectateur pour reconstituer la trame du film, et l’expérience singulière du visionnage (12’30)
  • Un film non « symétrique » dont les Allemands sont absents (14’40)
  • Qu’est-ce qu’un film de guerre « traditionnel » ?  ne pas faire à Nolan le procès du film qu’il n’a pas voulu faire (17’30)
  • Le discours de Churchill mis en scène à la fin du film (22’30)
  • Les  sources d’inspiration de Nolan, en lien avec une mémoire familiale et britannique (24’)
  • Un film sans conseillers historiques, mais appuyé sur des témoignages (28’)
  • La place accordée aux Français dans le film, qui a beaucoup fait discuter (30’20)
  • Des anachronismes assumés par Nolan (35’)
  • Dans un film non réaliste, des effets de vérité (37’)
  • Des échos de la Première Guerre mondiale dans la Seconde (42’)
  • Un grand film sur la claustrophobie de la guerre (45’)
  • Conseils de lecture, et dimensions mémorielles locales (47’40)

Conseils de lecture :

 

 

114. Le Titanic, objet d’histoire, avec Antoine Resche

L’invité : Antoine Resche, docteur en histoire, spécialiste de la navigation transatlantique, animateur de la chaîne Youtube Histony

Le film : Titanic (James Cameron, 1997)

La discussion :

  • L’influence du film sur un parcours de chercheur (1’30)
  • Le succès considérable du film et sa place dans la culture populaire de l’époque (3’20)
  • Quelles interactions entre le film et les progrès de la recherche, sur un objet longtemps à l’écart de la recherche universitaire ? (5′)
  • Le projet de James Cameron, né d’un rapport intense à la plongée sous-marine, mais aussi des peintures de Ken Marshall (6’45)
  • La fidélité matérielle aux décors et objets d’époque (9′)
  • Mais une fidélité approximative aux rôles des individus comme l’illustre le cas de Bruce Ismay, illustrant la reprise par Cameron des récits les plus courants (11’30)
  • Les explications du naufrage données par James Cameron, justes sur le plan technique (14’40)
  • Les causes humaines de la catastrophe et les erreurs commises, à comprendre dans leur contexte (18’10)
  • Un navire “insubmersible”, idée d’époque ou amplifiée par la suite? (21’40)
  • Un contexte qui permet de comprendre autrement la question des canots de sauvetage (24’15)
  • Un naufrage exceptionnel mais qui est plus intelligible lorsqu’on le réinscrit dans des séries d’événements comparables, comme l’affaire du Costa Concordia en 2012 (27’00)
  • Les normes qui président à l’évacuation: “les femmes et les enfants d’abord”, doctrine pas toujours appliquée en réalité (30′)
  • La façon dont le film met en scène l’opposition des classes sociales (35′)
  • Le bilan humain du naufrage et ses explications (41′)
  • Un film qui met en scène de façon intéressante les rapports entre histoire et mémoire (45′)
  • Conseils de lecture (xxx)

Pour aller plus loin :

113. Les Lumières au Danemark: A Royal Affair, avec Aurore Chéry

 L’invitée : Aurore Chéry, historienne, spécialiste du XVIIIe siècle

Le film : A Royal Affair, de Nikolaj Arcel (2012)

La discussion :

  • L’intrigue du film, à la fois politique et amoureuse, sous le règne de Christian VII du Danemark lors de la période où Johann Struensee est au pouvoir, introduisant les Lumières au Danemark
  • Le contexte politique plus complexe que ne le suggère le film, la question des Lumières se superposant à celle des ingérences étrangères
  • Les luttes de factions à la Cour, et à l’échelle européenne (4’30)
  • La « folie » du roi Christian VII  – ou sa simulation ? (7’20)
  • Un corps royal plus fragile qu’on ne le pense (11’30)
  • La sexualité royale, objet de débats et de discours (13’15)
  • Le réformateur Johann Struensee et son parcours (16’) en homme des Lumières (20’)
  • La dimension médicale de son action (23’)
  • La superposition du cas danois et du cas français (28’)
  • La statut de Struensee, et à travers lui le statut des « étrangers » sous l’Ancien régime (30’)
  • Un film historique intéressant mais qui ne rend pas tout à fait justice à la reine Caroline-Mathilde (33’)
  • Les enjeux éducatifs, et l’influence de Rousseau (35’)
  • Les légères allusions à l’empire colonial du Danemark (38’)

Pour aller plus loin :

  • Lettres de Gustav III
  • “Mémoires de Reverdil” en ligne.
  • biographie de Christian VII par Ulrik Langen en danois
  • Article d’Aurore Chéry sur l’onanisme en comparant le cas danois et le cas français, et billet sur la visite de Christian VII à Louis XV
  •  article de Langen sur le voyage de Christan VII en France.

 

112. Quarante ans d’histoire italienne: Nos meilleures années, avec Elisa Vial

L’invitée : Elisa Vial, étudiante en histoire

Le film : La meglio gioventu (Nos meilleures années) de Marco Tullio Giordana (2003)

La discussion :

  • Une fresque historique émouvante racontant cinquante ans d’histoire italienne (2’)
  • Le parcours du personnage principal, le psychiatre Nicola Carati, qui incarne un tournant dans la prise en charge de la maladie mentale, en lien avec Michel Foucault et Franco Basaglia (7’)
  • La représentation des hôpitaux psychiatriques comme lieux d’incarcération, et à l’inverse la volonté des réformateurs de traiter les patients comme des personnes (11’)
  • Les tensions sociales à Turin au début des années 1970 (13’30)
  • La façon dont le film illustre les clivages nord-sud en Italie (16’)
  • La représentation des Brigades rouges (18’)
  • La violence de la mafia et la corruption politique (21’)
  • La famille comme cadre social in fine valorisé sans être idéalisé (28’)

111. The Long Song, une belle série sur l’esclavage, avec Fanny Malègue et David Chaunu

Les invité-e-s : Fanny Malègue, doctorante à l’EHESS, et David Chaunu, doctorant à Paris-Sorbonne

L’œuvre : The Long Song, mini-série de la BBC (2016), adaptée du roman d’Andrea Levy.

La discussion :

  • L’origine de la série, adaptation d’un roman d’Andrea Levy (1’30)
  • Un jeu habile de la série sur l’esclavage et sa représentation, et sur les codes narratifs des récits d’anciens esclaves comme celui de Equiano (4’)
  • Le nom, l’identité, comme enjeu clef dans les sociétés esclavagistes, avec ici la réification de « Miss July » nommée « Marguerite » par sa maîtresse (6’10)
  • Le contexte historique de la série : les « îles à sucre » exploitées par les empires (10’15)
  • Les hiérarchies de statut, travail et couleur dans la société jamaïquaine, et la place de la ville en son sein (11’30)
  • La place des distinctions de couleur dans la société servile (14’30)
  • Une série qui met en scène l’« agency », la capacité d’agir, de Miss July (18’50), et les relations maîtres-esclaves de façon complexe, à rebours d’autres représentations comme celle de Django Unchained
  • La mise en scène des maîtres et de leur fragilité ou déclassement (22’50)
  • Le personnel d’encadrement des plantations et leurs propres rapports d’infériorité mais aussi d’assimilation au groupe des maîtres (26’)
  • L’abolition de l’esclavage en 1833 comme point de pivot de la série, qui insiste avant tout sur les continuités (29′)
  • Le maintien d’une domination économique sur les anciens esclaves (33′)
  • Le personnage de Robert Goodwin, et les ambiguïtés de l’abolitionnisme qu’il permet de mettre en scène, à travers les relations amoureuses et de couple qu’il entretient (35’30)
  • Le travail sur la langue propre à la série (40′)
  • Conseils de lecture (44′)

Conseils de lecture / Pour aller plus loin :

  • Cousseau Vincent, « Nommer l’esclave dans la Caraïbe xviie-xviiie siècles », Annales de démographie historique, 2016/1 (n° 131), p. 37-63.
  • Paul Cheney, Cul de Sac: Patrimony, Capitalism, and Slavery in French Saint-Domingue. Chicago: University of Chicago Press, 2017
  • Abigail L. Swingen, Competing Visions of Empire: Labor, Slavery, and the Origins of the British Atlantic Empire, New Haven CT: Yale University Press, 2015.
  • Site de Trevor Burnard, spécialiste de l’histoire de la Jamaïque

 

110. Watchmen, l’envers de l’histoire américaine, avec Tal Bruttmann

L’invité : Tal Bruttmann, historien

Les œuvres: le comic Watchmen (Alan Moore, 1985) et la série du même nom (Damon Lindelof, HBO, 2019)

La discussion :

  • Pourquoi, en historiens, s’intéresser à Watchmen ? D’abord un tournant au milieu des années 1980 dans l’histoire du comic / de la BD
  • Une série dessinée qui casse le mythe du super-héros et questionne la notion de justice, et des masques sous lesquels on l’exerce
  • Un comic qui prend place dans une chronologie alternative, où les États-Unis ont remporté la guerre du Vietnam
  • Le contexte des années 1980 et la menace de la guerre nucléaire planant sur la série dessinée
  • La façon dont Watchmen intègre le motif de l’horloge (Doomsday clock)et du temps dans sa narration et ses choix graphiques
  • Lé série télévisée créée par Damon Lindelof, et son choix de transposer l’œuvre plutôt que de l’adapter
  • La violence raciale, enjeu frontalement affronté par Watchmen version 2019
  • La scène d’ouverture : le massacre racial de 1921 à Tulsa (Oklahoma), et la façon d’en faire l’histoire
  • Les contextes multiples de ce massacre, inscrit dans la moyenne durée des violences racistes, du lendemain de la Première Guerre mondiale, et dans un lieu spécifique, l’Oklahoma
  • L’intégration de la Shoah au propos de la série
  • Le pogrom de Tulsa comme point de départ narratif des neuf épisodes
  • Le nazisme américain à l’orée de la Seconde Guerre mondiale
  • D’autres enjeux historiques et sociaux propres aux États-Unis : les armes à feu et les drogues
  • Le propos très subtil de la série sur la mémoire, la « nostalgie » et l’histoire

Pour aller plus loin :

  • Le comic watchmen
  • Mémoire universitaire sur Watchmen
  • interview de Damon Lindelof
  • Article sur le pogrom de Tulsa
  • Site de HBO
  • Farid Ameur Le Ku Klux Klan, Paris, Hachette / Pluriel, 2016
  • Caroline Rolland Diamond, Black America. Une histoire des luttes pour l’égalité et la justice (XIXe-XXIe), Paris, La découverte, 2019.

109. Revoir ‘L’armée des ombres’, avec Guillaume Pollack

L’invité : Guillaume Pollack, professeur d’histoire-géographie, et spécialiste de la RésistanceLe film : L’armée des ombres (Jean-Pierre Melville, 1969)

La discussion :

  • Un film puissant sur la Résistance, et le vécu de ses acteurs (1’45)
  • L’expérience personnelle de Melville (6’)
  • Les figures réelles auxquelles renvoient les personnages du film (9’40)
  • Le contexte de 1942-1943 dans lequel se situe l’intrigue (11’10)
  • Les actes de résistance, le quotidien résistant, montrés dans le film (18’30)
  • L’importance des relations avec la population, qui permet de survivre, comme le montre la scène de Philippe Gerbier (Lino Ventura) chez le barbier (24’)
  • Le personnage de Mathilde (Simone Signoret) et ce qu’il montre des rôles féminins dans la Résistance (28’22)
  • La représentation de la violence, à l’encontre de trois figures : le traître, l’ennemi, la résistante qui risquerait d’être « retournée » (31’40)
  • L’appareil répressif français et allemand représenté dans le film (34’30)
  • Le choix de Melville consistant à « dépolitiser » la Résistance, et à faire disparaître presque entièrement les motivations des Résistants (37’30)
  • Quelle réception pour le film en 1969 ? (42’30)
  • Conseils de lecture (45’30)

Pour aller plus loin :

  • Marjolaine Boutet, « L’utilisation pédagogique de la série télévisée Un Village français », Historiens & Géographes, 2016, p. 185-188.
  • Sylvie Lindeperg, Les Ecrans de l’ombre : la Seconde Guerre mondiale dans le cinéma français (1944-1969), Paris, CNRS Éditions, 1997.
  • Christian Delage et Vincent Guigueno, L’historien et le film, Paris, Gallimard, « Folio Histoire », 2004.