334. Encadrer et punir, avec Elsa Génard et Mathilde Rossigneux-Méheust

Les invitées : Elsa Génard, agrégée et docteure en histoire ; Mathilde Rossigneux-Méheust, maîtresse de conférences à l’Université Lyon 2

Le livre : Routines punitives. Les sanctions du quotidien XIXe-XXe siècle, Paris, CNRS éditions, 2024.

La discussion :

  • Introduction : un travail collectif patient relevant de la « slow science » (00:00)
  • Pourquoi et comment comparer les institutions punitives (6:00)
  • Un projet encouragé par Dominique Kalifa, et qui dialogue avec Michel Foucault (13:15)
  • Permanences, inertie, efficacité des routines punitives (19:15)
  • Routine et arbitraire de la punition (27:30)
  • Punir et récompenser (32:45)
  • Quelles continuités entre punitions familiales et punitions institutionnelles (44:45)

Les conseils de lecture et de film :

  • Denis Langlois, Le cachot
  • Jean Vigo, Zéro de conduite

323. Le marché matrimonial aux XIXe-XXe siècles, avec Claire-Lise Gaillard

L’invitée : Claire-Lise Gaillard, docteure en histoire contemporaine

Le livre : Pas sérieux s’abstenir. Histoire du marché de la rencontre XIXe-XXe siècle (éditions du CNRS, 2024)

La discussion :

  • Introduction (00:00)
  • Avec quelles sources écrire l’histoire de la rencontre et de son marché ? (1:30)
  • Des transactions peu dicibles et semi-légales au XIXe siècle (8:10)
  • Arranger les mariages pour pallier les bouleversements sociaux issus de la Révolution (10:10)
  • Une tension entre un volet légitime / matrimonial et un volet prostitutionnel dans les annonces et les pratiques d’intermédiation (14:00)
  • « Célérité et discrétion » (17:00)
  • Les petites annonces (lecture) et leur vocabulaire en partie codé (19:45)
  • Ascension ou segmentation sociale ? (28:00)
  • Le risque de l’escroquerie voire (Landru) du crime (33:00)
  • La Grande Guerre et la reconfiguration complexe du jeu matrimonial (39:00)
  • La place de la quantification dans le travail (46:15)

Le conseil de lecture : Alice Reybaud, Nos puissantes amitiés. Des liens politiques, des lieux de résistance, Paris, La découverte, 2024.

308. L’éducation populaire au XIXe siècle, avec Carole Christen

L’invitée : Carole Christen professeure à l’Université Le Havre-Normandie

Le livre : À l’école du soir. L’éducation du peuple à l’époque des révolutions (1815-1870), Champ Vallon, 2023.

La discussion :

  • Introduction (00:00)
  • Le public populaire de l’école du soir (1:00)
  • Émancipation ou paternalisme ? (7:30)
  • Extrait d’archives : rapport de surveillance, décembre 1824, lu par Matthieu de Oliveira (14:30)
  • Quelles sources pour retrouver cette nébuleuse de cours ? (16:00)
  • Un acteur des cours du soir : Martin Nadaud (22:45)
  • La place du livre à l’école du soir (31:00)
  • Une école du soir républicaine en 1848… et son tournant conservateur (33:00)
  • Et les campagnes ? (39:30)
  • Et les femmes ? (40:45)
  • Et dans les autres pays ? (43:30)
  • Les échos avec l’université populaire Les mercredis des révolutions (45:00)

Le conseil de lecture : Omar Benlaala, Tu n’habiteras jamais Paris, Flammarion, 2018.

278. Algérie 1871, la dépossession des terres à la loupe, avec Didier Guignard

L’invité : Didier Guignard, chargé de recherches au CNRS

Le livre : L’Algérie sous séquestre. Une coupe dans le corps sociale (XIXe-XXe siècles), Paris, éditions du CNRS, 2023.

La discussion :

  • Introduction (00:00)
  • L’enjeu du livre, approcher la complexité du séquestre des terres algériennes après la révolte de 1871 (1:30)
  • Un parcours de recherche amenant à l’Algérie coloniale via les archives d’outre-mer à Aix-en-Provence (4:30)
  • Un livre né d’une enquête de terrain sur une ferme de la région des Issers (6:00)
  • La question de la terre, au cœur de débats historiographiques sur la déstructuration de la société paysanne algérienne, dans la lignée des travaux de Pierre Bourdieu et Abdelmalek Sayad (9:45)
  • La place de la langue arabe, et des entretiens, dans la recherche (13:00)
  • L’inscription du livre dans un programme de recherche plus large sur les confiscations de terres et les changements du rapport à la propriété (17:30)
  • La contradiction fondamentale du séquestre, opéré par une République qui défend au même moment la propriété « inviolable et sacrée » (21:30)
  • L’origine de la révolte algérienne de 1871 (24:30)
  • Un historien pionnier sur la période, André Nouschi (27:30)
  • Les contradictions pratiques du séquestre, entre la décision de confisquer des terres et la difficulté de l’opérer (31:00)
  • Le décalage entre le droit français et la myriade de situations du droit foncier local (34:30)
  • Quels savoir-faire des administrateurs coloniaux pour réaliser ces opérations ? (37:00)
  • Le résultat du séquestre et les ressentiments durables qui en résultent (40:15)
  • Le rejeu du séquestre sanglant dans un fait divers de 1890 (45:00)
  • L’opposition et l’articulation entre la montagne et la plaine, structurante dans la longue durée de l’histoire algérienne (47:20)

Le conseil de lecture: Neil MacMaster, War in the Moutains: Peasant Society and Counterinsurgency in Algeria, 1918-1958, Oxford, Oxford University Press, 2020.

264. La pauvreté au siècle des Lumières, avec Laurence Fontaine

L’invitée: Laurence Fontaine, directrice de recherche au CNRS

Le livre: Vivre pauvre. Quelques enseignements tirés de l’Europe des Lumières, Paris, Gallimard, 2022.

La discussion:

  • Introduction (1:00)
  • Un parcours de recherche original en histoire sociale, né de l’étude du colportage (1:15) puis d’une mise en évidence du rôle social du crédit et du marché (4:40)
  • La réception politiquement compliquée de ce travail sur le marché (7:00)
  • Le point d’entrée du livre Vivre pauvre: le concours de 1777 (9:45)
  • La question de la pauvreté, préoccupation centrale dans la seconde moitié du XVIIIe siècle (12:15)
  • La porosité entre conduites légales, débrouillardise et pratiques llégales dans les couches populaires (14:30)
  • Extrait: une ronde de nuit à Lyon en 1770 (lecture par Youssef El Ghalbzouri)
  • Un durcissement des relations sociales dans la seconde moitié du XVIIIe siècle ? (21:00)
  • Les réponses faites à l’académie de Châlons, diverses mais plutôt traditionnelles (23:30)
  • Comment fonctionne un concours d’académie au XVIIIe siècle ? (26:00)
  • Penser le « bonheur » des pauvres ? (28:45)
  • Comment mettre au travail les pauvres ? (31:20)
  • Les salaires ne permettent pas de vivre sous l’Ancien régime (33:15)
  • La vulnérabilité des enfants (35:00)
  • La pauvreté conduisant à l’engagement dans l’armée ou l’envoi aux colonies (39:00)
  • Des questions posées au présent (42:30)
  • Que faire face à la pauvreté ? La question de la dignité (45:00)

Le conseil de lecture: Ervé, Écritures carnassières, Maurice Nadeau, 2022.

263. La maladie mentale, objet d’histoire, avec Benoît Majerus

L’invité: Benoît Majerus, enseignant-chercheur à l’université de LuxembourgLe livre: Maladies mentales et sociétés, XIXe-XXIe siècles (avec Nicolas Henckes), Paris, La découverte, coll. « Repères », 2022.

La discussion:

  • Introduction (00:00)
  • L’histoire de la maladie mentale, un champ relativement jeune mais interdisciplinaire avec les apports de Goffmann et Foucault notamment (1:00)
  • Un risque de fascination littéraire ? (5:00)
  • Les renouvellements du champ grâce à la prise en compte de documents plus variés (6:30)
  • Une historiographie qui doit encore se « désinstitutionnaliser » (9:00)
  • Une approche par le quotidien et par des objets (10:00) ou par l’archéologie (14:00)
  • Quelle prise en compte de pratiques non rationnelles ou religieuses come le mesmérisme ou la méthode Coué par l’historiographie ? (15:00)
  • Un domaine plus présent et moins stigmatisé dans la société ? (17:30)
  • Un champ d’analyse qui modifie le chercheur ou la chercheuse ? (21:00)
  • La question de l’historicité du psychisme (22:15)
  • Peut-on justifier la périodisation contemporaine de la maladie mentale aux XIXe-XXe siècles ?
  • Comment se construisent des savoirs et catégorisations des psychiatres ? (26:00)
  • La question de la « guérison » pour les historiens et historiennes (28:00)
  • Est-ce que certaines périodes produisent des effets psychiques plus marquants que d’autres ? (30:15)
  • Consentement et droit des malades psychiatriques (32:45)
  • Le genre des soignants, plus masculins que dans les autres métiers du soin (35:15)
  • Réintégrer l’histoire de la psychiatrie dans l’histoire sociale plus générale (38:00)
  • L’imaginaire carcéral de la psychiatrie toujours très puissant (39:30)
  • Ne pas surestimer la centralité de l’asile (42:30)
  • Peut-on faire l’histoire de la honte ?

Références citées dans le podcast:

  • Hervé Guillemain, Diriger la conscience, guérir les âmes. Une histoire comparée des pratiques thérapeutiques et religieuses (1830-1939), Paris, La Découverte, 2006.
  • Anatole Le Bras, “L’infortune la plus grave qui puisse frapper un citoyen”: une histoire sociale des aliénés (France, seconde moitié du XIXe siècle), Thèse, Sciences Po Paris, 2021.
  • Benoît Majerus, « La baignoire, le lit et la porte. La vie sociale des objets de la psychiatrie », Genèses, 2011/1 (n° 82), p. 95-119.
  • Lisa Mandel, Se rétablir
  • Hervé Mazurel, L’inconscient ou l’oubli de l’histoire. Profondeurs, métamorphoses et révolutions de la vie affective, Paris, La Découverte, 2021.
  • Maud Ternon, Juger les fous au Moyen Âge, Paris, Puf, Le Nœud Gordien, 2018
  • Marco Tullio Giordana, Nos meilleures années

Le conseil de lecture: Mary Dorsan, Le présent infini s’arrête, P.O.L.

260. L’historienne, le fichier et la vieillesse, avec Mathilde Rossigneux-Méheust

L’invitée : Mathilde Rossigneux-Méheust, MCF à l’université Lyon-IILe livre : Vieillesses irrégulières, Paris, La Découverte, 2022.

La discussion :

  • L’inscription historiographique d’un travail sur les personnes qui vieillissent (1:00)
  • Un travail en dialogue avec d’autres champs dont celui de « l’enfance irrégulière » (5:00)
  • Quels outils historiographiques, quel usage de la micro-histoire ? (7:00)
  • La « coproduction » d’une source avec des archivistes (9:15) et la « sérendipité » qui e résulte (12:30)
  • Comment une « 19émiste » devient « 20émiste » ? (15:00)
  • De 1808 à 2014, comment évolue à Villers-Cotterêts l’accueil des personnes âgées ? (19:30)
  • Un travail d’archives complété par des entretiens, pas si évidents (24:00)
  • Un fichier étonnant (25:30)
  • Comment faire l’histoire des couches populaires sans misérabilisme ? (28:45) pour l’alcool en particulier (32:00) ?
  • Le but du fichier étudié: faire sortir les fauteurs de trouble (34:00)
  • La question des couples de personnes âgées en institution (36:30)
  • La fin du fichier, dans le cadre d’une modification du regard sur le « 3e âge » (39:20)
  • Indiscipline ou protestation ? (42:30)

Le conseil de lecture: Roy Pinker (Marie-Eve Thérenty) dir., Faits divers & vies déviantes – XIXe-XXIe siècle, Paris, CNRS éditions, 2022.

223. Germinal en série TV, avec Marjolaine Boutet, Nicolas Charles et Judith Rainhorn

Une émission coréalisée avec Nicolas Charles du podcast Histoire en séries (cf Les aventures du jeune Voltaire)

La série : Germinal (6 épisodes diffusés sur France 2, 2021)

Les invitées :

  • Marjolaine Boutet est maîtresse de conférences HDR en histoire contemporaine à l’Université de Picardie-Jules Verne, spécialiste des séries télévisées et des représentations audiovisuelles des guerres contemporaines. Elle est l’auteure de Un Village français : une histoire de l’Occupation (La Martinière, 2017), Cold Case : la mélodie du passé (PUF, 2013) et Les Séries Télé pour les Nuls (First, 2009). Elle est également critique de séries pour le magazine Phosphore (Bayard Presse) et dans l’émission Une heure en séries (France Inter).”
  • Judith Rainhorn est professeure en Histoire sociale contemporaine à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses travaux et ses nombreuses publications portent sur l’histoire des sociétés urbaines en France, en Europe et aux Etats-Unis, à l’intersection des mondes du travail industriel, de l’histoire des risques environnementaux et de la santé depuis le XIXe siècle. Sur l’histoire des sociétés minières, elle a organisé plusieurs manifestations scientifiques, publié des articles, dirigé l’ouvrage Santé et travail à la mine, XIXe-XXIe siècles (P.U. Septentrion, 2014) et participé à plusieurs émissions  (France 5, France Culture). Elle est membre du Conseil scientifique du Centre historique minier de Lewarde, le plus important musée de la mine en France (https://www.chm-lewarde.com/fr/) et, à ce titre, a participé à l’organisation de l’exposition “Ouille, ouille, houille : la santé dans les mines » (sept. 2018-mai 2019) et du colloque international qui l’a accompagné.

La discussion :

  • Présentation de la série (1:15)
  • Quel est le XIXe siècle présenté à l’écran ? (3:30)
  • La fiction française et son rapport au XIXe siècle (6:45)
  • La façon dont la série représente la Première Internationale, les luttes sociales, les violences, le rapport aux ouvriers étrangers… (10:20)
  • La volonté d’actualiser Zola, à travers une accentuation de la violence à l’écran (14:30)
  • La représentation du travail de la mine est-elle bien menée ? (18:45)
  • La scène des enchères, porte d’entrée dans les inégalités sociales (23:40)
  • La mise en scène du travail (26:20)
  • Les personnages des dirigeants, la représentation du paternalisme patronal (29:30)
  • Accidents, risques et santé au travail (38:00)
  • L’esthétique de la catastrophe, rappelant Titanic (44:00)
  • La question des luttes sociales, et leur représentation, entre mythologie et réalisme (46:30)
  • La place donnée aux femmes dans la série et les formes d’actualisation qui s’y révèle (51:40)
  • Passage en revue de points forts ou points faibles, le combat de boxe (57:50), la musique (59:20), certains écarts vis-à-vis du roman (1:00:45), la réussite des décors (1:04:20)…

Le conseil: centre minier de Lewarde

216. Écrire son parcours de recherche, avec Claire Zalc

L’invitée : Claire Zalc, directrice de recherche au CNRS, et directrice d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS)

Le livre : Z ou souvenirs d’historienne, Paris, éditions de la Sorbonne, 2021.

La discussion :

  • Un genre relativement nouveau, l’autobiographie scientifique, écrite au départ pour une HDR (1:00)
  • Un texte écrit fin 2015, publié en 2020, et traversé par la question du présent et de l’historicité de l’historienne (4:00)
  • Un texte construit en écho à celui de Georges Perec, W ou le souvenir d’enfance (7:45)
  • Une dimension ludique, y compris et surtout dans le travail quantitatif (11:00)
  • La dimension infra-ordinaire du métier (13:15)
  • L’enquête menée autour de Lens, et ses points de départ (15:15)
  • Un terrain qui conduit à aborder la Seconde Guerre mondiale (19:00)
  • Un processus d’écriture à deux avec Nicolas Mariot (21:30)
  • Un travail commun d’archives (26:20)
  • Parmi les questions structurantes de l’enquête : qu’est-ce qu’être Juif et comment sont fixées les identités ou limites des groupes (29:00)
  • La quantification comme outil (31:20)
  • Les difficultés de la publication et de la réception (32:00)
  • Les prolongements de l’enquête et les nouvelles questions posées (35:20) dont le travail sur la micro-histoire de la Shoah (37:30)
  • Le projet Lubartworld et ses enjeux (39:00), un projet de recherche avec ses contraintes particulières (41:00)

Les références citées dans l’émission :

  • Alain Dewerpe, Charonne, 8 février 1962 : anthropologie historique d’un massacre d’État, Paris, Gallimard, 2006
  • Ivan Jablonka, Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus. Enquête, Paris, Seuil, 2012.
  • Daniel Mendelsohn, Les Disparus, Paris, Flammarion, 2007.
  • Nicolas Mariot et Claire Zalc, Face à la persécution. 991 Juifs dans la guerre, Paris, Odile Jacob, 2010.
  • Claire Zalc, Tal Bruttmann, Ivan Ermakoff, Nicolas Mariot (Éd.), Pour une micro-histoire de la Shoah, Paris, Seuil, 2012.

205. Les jardins de Paris au XVIIIe siècle, avec Jan Synowiecki

L’invité : Jan Synowiecki, ATER à l’université Paris-Saint-Denis

Le livre : Paris en ses jardins. Nature et culture urbaines à Paris au XVIIIe siècle, Ceyssel, Champ Vallon, 2021.

La discussion :

  • Des jardins fermés lors du déconfinement de 2020 aux jardins du XVIIIe siècle, des enjeux proches ? (1:25)
  • Le choix d’un sujet de thèse portant sur l’histoire environnementale (3:30)
  • Des jardins parisiens du XVIIIe siècle plus fragiles et moins ordonnés que dans leur image idéalisée (4:40)
  • Le jardin n’est pas tout à fait l’antichambre de la Révolution (7:30)
  • À qui appartiennent les jardins sous l’Ancien régime ? Propriété du prince ou espace public ? (10:00)
  • Peut-on aller sur les pelouses ou cueillir des fleurs au jardin ? (12:20)
  • L’inscription historiographique du livre dans l’histoire environnementale (15:30)
  • Est-ce qu’il peut exister une archéologie des jardins ? (18:30)
  • L’identité et les fonctions des trois grands jardins royaux évoqués, Luxembourg, Tuileries (initialement un parc de chasse !), Jardin du Roi (19:00)
  • Des espaces en tension, alors qu’on craint de manquer de surfaces agricoles, et un débat sur la végétaion « utile » qui culmine lors de la Révolution (23:00)
  • L’exclusion sociale à l’entrée des jardins, et la complexité du partage social qui n’oppose pas simplement noblesse et Tiers état (26:30)
  • Est-ce qu’on se bat en duel dans les jardins parisiens ? Quelle place pour les enfants au jardin ? (29:45)
  • Les chaises et les bancs, deux logiques différentes, enjeu de débat au XVIIIe siècle (32:00)
  • La gestion des animaux et la catégorisation des « nuisibles » (33:45)
  • Des jardins qui sont en interaction avec la ville et d’autres espaces (37:00)

Les références citées dans l’émission (par ordre alphabétique) :

  • Elsa Devienne, La ruée vers le sable, Une histoire environnementale des plages de Los Angeles au XXe siècle, Éditions de la Sorbonne, 2020.
  • Marion Ernwein, Les natures de la ville néolibérale. Une écologie politique du végétal urbain, Grenoble, UGA éditions, 2019.
  • Grégory Quenet, Versailles, une histoire naturelle, Paris, La Découverte, 2015
  • Laurent Turcot, Le promeneur à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Le Promeneur, 2007.
  • Pauline Valade, Le goût de la joie. Réjouissances monarchiques et joie publique à Paris au XVIIIe siècle, Ceyssel, Champ Vallon, 2021.