339. CAPES, une réforme brutale, avec Pierre-Emmanuel Guigo et Warren Pezé

Les invités: Pierre-Emmanuel Guigo et Warren Pezé, maîtres de conférences à l’UPEC

Le thème: la réforme du CAPES annoncée pour 2025

Compléments (section qui pourra être mise à jour) :

Communiqué des associations d’historiens et géographes (6 mai 2024)

307. Hommage à Natalie Zemon Davis, avec Caroline Callard

Hommage à l’historienne Natalie Zemon Davis (1928-2023), avec Caroline Callard (Directrice d’études  l’EHESS)

La discussion et la bio-bibliographie de NZD :

  • Introduction (00:00)
  • Extrait sonore : NZD et sa conception du passé, interview par Jean Lebrun en 2019 sur France Culture (2:15)
  • Les débuts d’une carrière marquée par le maccarthysme (3:30)
  • Histoire sociale, histoire culturelle, nourries d’anthropologie (7:30). Références : « The Reasons Of Misrule: Youth Groups And Charivaris In Sixteenth–Century France », Past & Present, Volume 50, Issue 1, February 1971 ; « Charivari, honneur et communauté à Lyon et à Genève au XVIIe siècle » ; « Anthropology and History in the 1980s: the Possibilities of the Past » Journal of Interdisciplinary History, Volume 12, 1981 ; Edward P. Thompson, « “Rough Music” : Le Charivari anglais », Socio-anthropologie, 41 | -1, 213-237.
  • Un questionnement sur la violence des guerres de religion (19:10). Référence : « The Rites of Violence: Religious Riot in Sixteenth-Century France », Past & Present, No. 59 (May, 1973)
  • Approches de la famille et des fantômes (23:30). Références : “Ghosts, Kin, and Progeny: Some Features of Family Life in Early Modern France”, Daedalus, Volume 106, 2, 1977 ; Caroline Callard, Le temps des fantômes (Fayard, 2019).
  • Une historienne inclassable ? (27:45)
  • Extrait sonore : NZD et les archives (31:00)
  • Mise en scène du passé et jeux formels d’écriture (33:30). Références : Women on the Margins: Three Seventeenth-century Lives, Cambridge, (MA), Harvard University Press, 1995 (trad. fr. Juive, Catholique, Protestante. Trois femmes en marge au XVIIe siècle, Seuil, 1997) ;
  • Un film et un livre marquants : Martin Guerre (36:50). Références : The Return of Martin Guerre, Cambridge (MA), Harvard University Press, 1983, trad. fr. Le retour de Martin Guerre, Tallandier, 2008) ; Fiction in the Archives : Pardon Tales and their Tellers in Sixteenth Century France, Stanford, Californie : Stanford University Press, 1987 (trad. fr. Pour sauver sa vie. Les récits de pardon au XVIe siècle. Les récits de pardon au XVIe siècle, Seuil, 1988).
  • Une pionnière de l’histoire des femmes, réfléchissant à leur capacité d’agir (40:35). Références : « Women and the World of the Annales», History Workshop Journal, 33, 1992 ; Nathalie Zemon Davis et Arlette Farge (dir.) : Histoire des femmes en Occident, t. 3, XVle-XVIIIe siècles. Paris, Plon, 1991.
  • Une histoire qui se décentre et explore d’autres espaces géographiques (47:30). Références : Women on the margins, op. cit. ; Trickster Travels, New York : Hill & Wang, 2006, trad. fr. Léon l’Africain : un voyageur entre deux mondes, Payot, Paris, 2014.

 

 

298. Les Templiers en accusation en 1307, avec Jean-François Moufflet

L’invité : Jean-François Moufflet, conservateur en chef au Archives Nationales

L’exposition : 1307, le rouleau des Templiers (Archives Nationales, Paris)

La discussion :

  • Introduction (00:00)
  • Un nouveau cycle d’expositions aux Archives Nationales (2 :00)
  • Une exposition de taille modeste autour d’un document clef (6:50), un rouleau comportant les interrogatoires des Templiers (9:00)
  • L’apparence très spécifique du rouleau et son organisation graphique (11:00)
  • Les qualités du parchemin comme matériau (12:45)
  • Des interrogatoires mis au net après une prise de notes (15:20)
  • Un document qui reflète la révolution du rapport à l’écrit du Moyen âge central (16:45) et la pluralité des acteurs qui s’en chargent (18:30)
  • Les usages de ce rouleau dans les archives royales (27:00) puis dans le champ de l’histoire au XIXe siècle (32:00)
  • Quelle sociologie des Templiers à partir du rouleau d’arrestation ? (38:50)
  • L’hérésie comme chef d’accusation (44:00)
  • Quel regard sur les Templiers dans la culture populaire ? (47:30)

 

287. Le totalitarisme en débat

Discussion organisée par le département d’histoire de l’École Normale Supérieure (Paris), enregistrée en public le 31 mai 2023.Les intervenant-e-s :

  • Marie-Anne Matard-Bonucci, professeure à l’université Paris-8
  • Nicolas Offenstadt, MCF HDR à l’université Paris-1
  • Nicolas Sesma Landrin, MCF à l’université Grenoble-Alpes
  • Pierre Salmon, MCF à l’ENS Paris (modérateur)

La discussion :

  • Présentation par Pierre Salmon (1:00)
  • Les origines italiennes du mot totalitarisme, dans le contexte fasciste, et ses usages ultérieurs (4:00)
  • Le franquisme, un fascisme ? (15:00)
  • Un terme toujours double : concept scientifique, concept de combat politique (23:30)
  • Les caractéristiques et critères du totalitarisme à partir du cas italien (34:00)
  • Le franquisme comme « fascisme asymétrique », avec une terreur initiale et non fruit d’une radicalisation, et ses rapports avec l’Allemagne (44:00)
  • La RDA, non réductible au stalinisme (50:00)
  • Le totalitarisme, un concept non heuristique pour Nicolas Offenstadt (57:00) et qui l’est pour Marie-Anne Matard-Bonucci
  • Questions du public : l’homme nouveau, ambition également dans des régimes démocratiques ? Qu’en est-il du « wokisme » ? Comment joue l’enjeu du genre ? (1:05:00)

280. Gallica répond aux Gallicanautes

 Les invitées: Sophie Bertrand, cheffe du service coopération numérique et Gallica, et Fanny Verdier, coordinatrice de la médiation numérique de Gallica.

https://www.club-innovation-culture.fr/wp-content/uploads/gallica.jpg

La discussion:

  • Introduction (00:00)
  • 25 ans, 10 millions de documents, un moment marquant (1:20)
  • Qui sont les Gallicanautes ? (4:20)
  • Les documents les plus consultés (7:00)
  • La proportion des périodes et des types de documents présents sur Gallica (8:50)
  • La variété des supports: pas seulement la presse et les livres (12:00)
  • L’histoire de Gallica et sa naissance dans les années 1990 (14:00)
  • Quelles tensions internes face à ce changement ? (16:30)
  • La « préhistoire » de la numérisation avec massicotage d’ouvrages anciens ! (20:00)
  • Les logiques de numérisation. Qu’est-ce qu’on numérise et qui le décide ? (22:00)
  • Numérisation en interne, prestataires privés (28:30)
  • L’éditorialisation du contenu du site (30:00)
  • La révolution de l’OCRisation à partir de 2007 (31:15) et le perspectives pour la reconnaissance des caractères manuscrits et des images (34:00)
  • Une interface à améliorer ? (36:20)
  • Un moteur de recherche à améliorer ? (40:00)
  • La recherche avancée et ses nouvelles fonctionnalités comme la recherche par proximité (45:45)
  • Gallica peut-elle devenir OpenGLAM (permettre des réutilisations libres d’images) ? question de Damien Petermann (48:00)
  • Retronews et ses critiques (55:00)

Pour résoudre un problème: assistance.gallica@bnf.fr

Pour aller plus loin : Sophie Bertrand, Aline Girard, « Gallica (1997 – 2016). De la bibliothèque de « l’honnête homme » à celle du Gallicanaute »

234. Quoi de neuf sur Molière? avec Cyril Chervet, Marine Roussillon et Christophe Schuwey

Le thème: quatrième centenaire de la naissance de Molière; le livre: Clara Dealberto, Jules Grandin et Christophe Schuwey, Atlas Molière, Paris, Les arènes, 2022.

Les invité-e-s:

  • Cyril Chervet, professeur d’études théâtrales en CPGE
  • Marine Roussillon, maîtresse de conférences à l’université d’Artois
  • Christophe Schuwey, professeur de littérature à Yale

 

La discussion:

  • Introduction (00:00)
  • Pourquoi un « atlas » Molière ? (01:40)
  • Comment vit-on l’année Molière en tant que dix-septéimiste ? (3:00)
  • À travers Molière, redécouvrir un monde littéraire un peu oublié derrière le « grand auteur » (5:00)
  • Approcher Molière en croisant théâtre, littérature, histoire (7:00)
  • Sortir Molière d’un cadre scolaire et théâtral parfois réducteur (11:00)
  • La fausse question de l’authenticité des pièces de Molière (13:00)
  • De quelles sources dispose-t-on sur Molière ? (15:20)
  • L’insertion sociale de Molière (20:00)
  • À quoi ressemble le théâtre au XVIIe siècle ? (23:00)
  • Les spectacles et plaisirs, éléments de légitimation du pouvoir royal (24:45)
  • Un exemple: les plaisirs de l’île enchantée (30:00)
  • Un rapport critique à la religion, dans Tartuffe et les pièces médicales (33:00)
  • Les complexités de l’affaire Tartuffe (37:00)
  • Molière et les femmes: passe-t-il le test de Bechdel ? (41:00)
  • Les autrices du temps de Molière comme Marie-Catherine Desjardins (45:00)
  • Quel document d’époque rêverait-on de retrouver ? (49:00)
  • [avec Cyril Chervet] la familiarité des élèves avec Molière (55:00)
  • Des pièces plus difficiles que d’autres à mettre en scène (58:00)
  • Les moments marquants des mises scène de Molière: Louis Jouvet dans les années 1940 (59:30), Antoine Vitez (1:01:00), Ariane Mnouchkine (1:04:00)
  • La reconstitution de la déclamation baroque (1:08:00)
  • Une profusion de spectacles (1:09:00) dont un Tartuffe singulier en trois actes (1:11:00)

Les références citées dans l’émission:

  • Georges Forestier (dir.), Molière, œuvres complètes, Paris, La Pléiade, 2021.
  • Madeleine Jurgens, Elizabeth Maxfield-Miller, Cent ans de recherches sur Molière, sur sa famille et sur les comédiens de sa troupe, Paris, Imprimerie
  • Martine Reid, Femmes et littérature. Une histoire culturelle, Paris, Gallimard, « Folio », 2 vol., 2020.

Les conseils de lecture:

  • Judith Lyon-Caen, Dinah Ribard, L’historien et la littérature, Paris, La Découverte, « Repères », 2010.
  • Marie-Armande Jeanne Gacon, La femme grenadier , Le temps des cerises, 2022.
  • Dan Pfeiffer, Un-Trumping America: A Plan to Make America a Democracy Again, 2020 (du podcast Pod Save America)
  • Béatrice Picon-Vallin, Le Théâtre du Soleil. Les cinquante premières années, Arles, Actes Sud, 2015.

 

228. Menaces sur Memorial, usages politiques de l’histoire en ex-URSS, avec Eric Aunoble

L’invité : Eric Aunoble, historien, université de Genève

Le thème : l’association Memorial et les usages du passé en Russie et en Ukraine

La discussion :

  • Les menaces pesant sur l’association Memorial (1:20)
  • Le sens et le rôle de cette association née pendant la Perestroïka (3:05)
  • La fin des années 1980, moment de passion pour les révélations sur le passé soviétique (7:00)
  • Quels sont les acteurs à l’origine de Memorial ? (8:20)
  • Le rôle fondamental de Memorial pour documenter noms, lieux, archives de la terreur d’État soviétique (11:20), avec des bases de données (13:00)
  • Les résistances à ce travail, en Russie comme en Ukraine (17:00), avec un contre-récit nationaliste russe (18:30)
  • Le travail de Memorial sur les atteintes contemporaines aux droits de l’homme, à travers les guerres de Tchétchénie en particulier, sur fond de crise économique (23:20)
  • Les soutiens à Memorial de la communauté académique internationale (27:30), et les dilemmes des libéraux en partie coupés de la société russe (29:30)
  • L’inscription de l’affaire Memorial dans un contexte plus large d’usages du passé en Russie (32:00) avec des mélanges mémoriels (33:15)
  • Les déclinaisons ukrainiennes de ces enjeux mémoriels (34:00) avec la figure de Makhno et ses usages (35:15)
  • Quelle réception du « roman national » russe et poutinien dans la société ? (38:00)
  • Quels effets dans le champ académique ? (46:30)

Les références citées dans l’émission :

Conseil de lecture: Iegor Gran, Les Services compétents, Paris, P.O.L., 2020

Générique de fin : Bérurier noir, Makhnovtchina

227. Le peintre Ilya Répine, avec Stéphanie Cantarutti et François-Xavier Nérard

Les invité-e-s :

  • Stéphanie Cantarutti, conservatrice en chef au Petit Palais, commissaire de l’exposition
  • François-Xavier Nérard, MCF à l’Université Paris-I

L’artiste : Ilya Répine (1844-1930) à l’occasion d’une exposition au Petit Palais

La discussion :

Stéphanie Cantarutti

  • Pourquoi une exposition Répine ? (1:30) comment a-t-elle été organisée ? (2:45)
  • Un artiste aux origines modestes (3:30), né en Ukraine (4:30)
  • La fameuse toile de 1873 Les haleurs de la Volga et ses lectures politiques (5:15)
  • Un parallèle avec Courbet (8:00)
  • Répine et son rapport à la France, visitée dès les années 1870 (9:00)
  • Son insertion dans la vie artistique russe (10:00)
  • Le peintre de l’histoire russe et Les cosaques zaporogues (11:30)
  • Un regard sur des moments troubles de l’histoire russe : la Tsarevna, Ivan le terrible (13:30)
  • Un peintre de l’émotion et du moment saisi, comme dans Celui qu’on n’attendait plus (15:15)
  • Un artiste coutumier des retouches et repentirs (17:15)
  • Ivan le terrible, un tableau récemment vandalisé, à la forte charge politique (18:00)
  • Une forme d’éloignement dans sa propriété finlandaise à partir du XXe siècle (21:00)
  • La relation Répine – Tolstoï (22:00)
  • Répine, peintre de la vie religieuse : la Procession dans la province de Koursk (23:45) bossu
  • Comment travaille Répine (27:15) portrait de kanine
  • L’évolution de l’art de Répine (29:00) conseil d’état ; tout pemier tableau
  • Répine en Révolution, en 1905 et 1917 (30:45)
  • Des relations complexes avec l’URSS (32:45) déserteur kerenski
  • La programmation culturelle accompagnant l’exposition (34:30)

François-Xavier Nérard

  • Un regard d’historien sur l’exposition, et sur son titre qui met en scène « l’âme russe » (36:15)
  • Répine peintre d’histoire, avec Ivan le terrible (40:10)
  • La mise en scène du mouvement populiste et ses ambiguïtés (42:20)
  • Représenter le pouvoir : Alexandre III (52:20)
  • Quels usages de Répine en URSS ? (57:00)

217. Le travail des historien-ne-s, avec Etienne Anheim, Manon Pignot et Catherine Rideau-Kikuchi

Émission enregistrée en public le dimanche 10 octobre 2021 aux Rendez-vous de l’histoire de Blois

Les invité-e-s :

  • Etienne Anheim, directeur d’études à l’EHESS et des éditions de l’EHESS
  • Manon Pignot, MCF HDR à l’Université de Picardie
  • Catherine Rideau-Kikuchi, MCF à l’Université de Versailles Saint-Quentin

La discussion :

  • Pourquoi étudier le travail de l’historienne et de l’historien ? (1:00)
  • Les RDV de l’histoire de Blois, du travail ? (4:00)
  • Le marché du travail de l’histoire savante et la raréfaction des postes (6:15)
  • Les effets de cette concurrence sur le travail intellectuel (9:30)
  • La conjoncture difficile depuis les années 2010 (12:30)
  • Comment faire exister une communauté savante malgré les clivages entre titulaires et précaires (14:00), malgré les difficultés des enseignants du secondaire (17:30)
  • La tension entre enseignement et recherche (20:00)
  • La lourdeur des tâches administratives (24:00)
  • Des compétences techniques spécifiques qu’il faut développer (31:00)
  • La part de travail invisible des universitaires (32:30)
  • Recensions, expertises (34:00)
  • L’autonomie des universitaires, enjeu politique (35:30)
  • Où en est le rapport hommes / femmes dans la profession historienne ? (39:00)
  • Les soutiens masculins aux combats féministes, et les façons de les prolonger (51:00)
  • Les joies que procure le métier (55:00)
  • Le paradoxe des métiers à passion, épanouissants et parfois aliénants (59:20)
  • (questions du public)
  • D’autres tâches : écriture de manuels, traduction… (1:01:00)
  • Les déséquilibres géographiques entre Paris et province (1:07:50)
  • Les difficultés de collègues du secondaire pour faire une thèse (1:11:00)
  • Ce que la pandémie a changé en termes d’accès (numérique) à des séminaires et des colloques (1:16:00)
  • Peut-on se lasser de son sujet de recherche (et en changer) ? (1:20:00)

214. L’histoire autrement #6 : le documentaire Lady Sapiens, avec Thomas Cirotteau, Jennifer Kerner et Eric Pincas

Les invité-e-s :

  • Thomas Cirotteau, réalisateur
  • Jennifer Kerner, chercheuse et médiatrice en préhistoire
  • Eric Pincas, rédacteur en chef d’Historia

Le film et le livre : Lady Sapiens, enquête sur la femme au temps de la préhistoire  (France 5 / éd. Les Arènes, 2021)

 

La discussion :

  • Comment est né le projet d’un film sur les femmes de la Préhistoire (1:30)
  • Comment écrit-on un livre de vulgarisation à partir d’un film ? (4:00)
  • Le rôle de la conseillère (pré)historique, Sophie A. de Beaune (5:40)
  • Un film né dans un contexte marqué par la féminisation de la préhistoire (8:00)
  • Des réattributions de fossiles et squelettes, qu’on pensait masculins et qui se révèlent être des femmes, comme la « Dame du Cavillon » (10:30)
  • Les choix filmiques et de reconstitution (14:30)
  • Le recours à une équipe de reconstitueurs spécialisés (22:25)
  • Les choix d’écriture visant à rendre le livre accessible (24:00)
  • Les clichés sur les femmes préhistoriques sont-ils encore prégnants ? (26:20)
  • Comment ne pas tomber dans des clichés inverses à ceux qui font des hommes les chasseurs uniques pourvoyeurs de nourriture ? (30:45)
  • La méthode ethnographique appliquée à la préhistoire, en, lien avec la fragilité de la documentation ou de certains raisonnements (34:00)
  • Les femmes préhistoriques pouvant « contrôler (leur) destin de mère » ? (41:00)
  • Peut-on dire qu’on ne sait pas dans un documentaire télévisé ? (47:00)
  • Le sens à donner à un personnage évoqué au singulier (49:00)